L’Arabie Saoudite récupèrera les équipements prévus par le contrat, a annoncé samedi le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir.

« Nous n’avons pas interrompu le contrat. Il sera mis en oeuvre mais le client sera l’armée saoudienne », a déclaré M. al-Jubeir au cours d’une conférence de presse à Paris.

« Nous avons décidé que les trois milliards de dollars (d’équipements) cesseraient d’être livrés à l’armée libanaise et seraient redirigés vers l’armée saoudienne », a-t-il dit.

Ryad a interrompu le mois dernier son programme d’aide de trois milliards de dollars à l’armée libanaise pour protester contre les prises de position jugées hostiles à son égard inspirées par le Hezbollah libanais.

« Nous sommes face à une situation où les décisions du Liban sont captées par le Hezbollah. (Les armes) iront à l’Arabie saoudite, pas au Hezbollah », le mouvement terroriste chiite créé par l’Iran, a déclaré M. al-Jubeir.

Le programme de trois milliards de dollars avait fait l’objet d’un accord avec la France pour la fourniture d’équipements militaires à l’armée libanaise.

Une première livraison de missiles antichars de type Milan a été effectuée en avril 2015 et une autre était prévue pour le printemps prochain. Mais le gros du contrat n’a pas été exécuté.