Huit Juifs ukrainiens ont improvisé une force d’intervention rapide pour endiguer les attaques antisémites.

Les huit ont servi dans des unités combattantes des Forces de défense israéliennes ou ont des compétences en arts martiaux, a affirmé le fondateur de l’équipe à JTA jeudi, Tzvi Arieli.

Les défenseurs sont armés de battes de base-ball offertes par un Américain originaire de Kiev, a-t-il ajouté.
« Nous essayons de recueillir des fonds pour des gilets pare-balles, qui permettraient d’améliorer considérablement la sécurité si la situation dégénérait », a déclaré Arieli, un ancien soldat des unités spéciales de l’armée israélienne, qui vit à Kiev.

Arieli affirme avoir constitué le groupe – qui a maintenant sa propre page Facebook – sous la demande de Rabbi Yaakov Dov Bleich, grand rabbin d’Ukraine, suite à une série d’attaques antisémites à Kiev et ailleurs.

Ces attaques sont intervenues dans le sillage d’une révolution sanglante qui a éclaté en novembre sur la prétendue corruption de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

Ianoukovitch a été destitué en février. Le mois suivant, les troupes russes ont pris le contrôle de la péninsule de Crimée – qui appartenait à l’Ukraine et que la Russie a annexée rapidement, sous prétexte que les habitants recherchaient un protectorat russe, redoutant un nationalisme ukrainien en cette période post-révolutionnaire.

Les affrontements entre les différents groupes d’intérêt et les milices ont fait des centaines de victimes.

« Lors d’entretiens avec des officiels, il est apparu que les autorités ne pourraient offrir qu’une protection limitée à la communauté juive et que nous devrions assumer nous-mêmes notre sécurité », a déclaré Arieli, qui, en mars, a aidé à organiser l’évacuation médicale vers Israël des Ukrainiens blessés dans les combats.

Il a ajouté qu’en Ukraine, où les agressions antisémites étaient devenues rares, quatre agressions physiques graves contre des Juifs orthodoxes et deux tentatives d’incendie de synagogues ont eu lieu.

« Ces attaques ont été bien planifiées », a déclaré Arieli, accusant les militants pro-russes, qui selon lui tentaient de justifier l’agression russe.

De leur côté, le Kremlin et certains Ukrainiens pro-russes ont porté le blâme sur les Ukrainiens d’extrême-droite.

« Dans la réalité qui est la nôtre, demain même, nous pourrions trouver 20 personnes munies de bombes incendiaires devant de la synagogue. Nous devons être prêts », a déclaré Arieli.

L’équipe doit se déployer vendredi à Kiev pour parer à toute violence contre des cibles juives lors des manifestations en commémoration de la capitulation de l’Allemagne nazie devant l’armée russe, le 9 mai, il y a 69 ans.