Un accord a mis fin mercredi à la grève générale des employés du ministère israélien des Affaires étrangères, en guerre contre leur direction depuis plusieurs semaines, a annoncé leur syndicat.

« Un accord a été signé mettant fin à une année de crise majeure, dont une semaine de grève générale qui a vu la fermeture totale du ministère et celle de 103 ambassades pendant une semaine », a déclaré le syndicat des employés du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ce mouvement avait été lancé au printemps dernier. Il avait ensuite été suspendu en juillet avec l’ouverture de négociations avec le ministère des Finances.

Depuis, les diplomates ne se sont pas occupés des visites officielles, en Israël ou à l’étranger, et n’ont délivré aucun visa, pouvait-on lire jusqu’à mercredi sur le site du ministère.

« Dès demain, les diplomates et agents du ministère reprendront leur mission de service public, en première ligne, partout dans le monde », a annoncé le syndicat des employés.

Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, empêché depuis le début de la grève générale d’accéder à son bureau, a salué la fin du mouvement.

« Le public a subi un grand préjudice, mais le plus important désormais est que les fonctionnaires sortent renforcés dans leur mission de représentation d’Israël à travers le monde », a dit le ministre dans un communiqué.

Cette grève a compliqué les préparatifs de la visite officielle du Pape François prévue fin mai. Le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal avait évoqué en mars « un danger, un risque d’annulation » de cette visite.

Les diplomates israéliens se plaignaient depuis plusieurs années d’être mal payés et d’un manque de considération à leur égard.

« Nous sommes heureux qu’Israël comprenne les difficultés auxquelles font face ses serviteurs à l’étranger et regrettons les dommages inutiles engendrés », a déclaré dans un communiqué un comité des employés du ministère.

Plusieurs arrangements financiers ont été conclus mercredi soir, à l’issue de négociations de longue haleine avec le ministère des Finances. Ces accords prévoient notamment une augmentation des indemnités des agents en poste à l’étranger qui seront désormais alignées sur les grilles d’évaluation du coût de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE).

Cette grève des diplomates et des employés administratifs du ministère israélien des Affaires étrangères, était la première depuis la création du pays il y a 65 ans.