La police a exclu la piste criminelle dans la mort d’un chauffeur de bus palestinien qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, après qu’une autopsie ait confirmé lundi après-midi que l’homme à Jérusalem-Est s’était bien suicidé.

Youssef Hassan al-Ramoni, 32 ans, a été retrouvé pendu à une corde à l’intérieur d’un bus dans un des dépôts de la compagnie israélienne de bus Egged dimanche soir, déclenchant des rumeurs selon lesquelles il aurait été tué par des extrémistes juifs, causant des émeutes à Jérusalem-Est.

Le porte-parole de la police Micky Rosenfeld a écrit sur Twitter que l’examen post-mortem a prouvé que l’incident n’était « pas criminel » et que le corps de Ramoni avait été remis à la famille pour l’enterrement.

Les funérailles à Abu Dis lundi ont été suivies par des milliers de personnes, dont certaines scandaient « Vengeance ».

L’autopsie a eu lieu à l’Institut médico-légal d’Abou Kabir avec la présence d’un médecin légiste palestinien. Les résultats ont été présentés à la famille de Ramoni, selon la radio israélienne, et l’institut a informé la famille que Youssef Hassan al-Ramoni n’avait pas été tué et qu’aucun signe de violence n’avait été trouvé sur son corps.

La famille de Ramoni a rejeté les conclusions du rapport d’autopsie et a soutenu qu’un rapport précédent avait indiqué qu’il y avait des ecchymoses sur son corps.

« Même malgré cette autopsie, il n’y a aucune chance qu’il se soit suicidé, » a déclaré à Haaretz le frère de la victime. « Mon frère avait tout dans la vie. Je suis sûr à un million de pour cent qu’il ne s’est pas suicidé ».

Pendant ce temps, le Hamas a menacé d’ »une escalade » quant à ce qu’il considère comme l’assassinat de Ramoni.

« Son assassinat prouve le racisme d’Israël, et la réponse doit être une escalade de la résistance, en utilisant toutes les moyens, » a déclaré le groupe terroriste dans un communiqué aux médias palestiniens, selon le site Walla.

Plus tôt lundi, la police avait déjà déclaré qu’aucun signe de violence n’avait été trouvé sur le corps du conducteur, contrairement à divers rapports, et que le suicide était soupçonné. La famille de l’homme a rejeté les deux demandes dans une interview avec les médias palestiniens, et des photos publiées par l’agence Maan montrent des contusions sur le corps de Ramoni.

Quelques heures après la découverte du corps, des émeutes ont éclaté dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est. Un certain nombre d’organisations palestiniennes à Jérusalem-Est ont appelé à une grève générale incluant également les chauffeurs d’autobus palestiniens, selon Ynet.

L’incident a déclenché des rapports non confirmés répandus en ligne d’un lynchage par les Israéliens.

Le chauffeur de bus Muatasem Fakeh a déclaré qu’il avait vu des preuves que Ramoni avait été attaqué. « Nous avons vu des signes de violence sur son corps, » a-t-il déclaré à l’AFP. « Il était pendu sur les marches à l’arrière de l’autobus dans un endroit où il serait impossible de se pendre seul » a-t-il ajouté.

Ramoni était père de deux enfants et vivait dans le quartier d’A-Tur à Jérusalem. Sa famille a fait savoir qu’il n’avait pas de tendances suicidaires.

L’incident est survenu quelques heures après qu’un homme juif ait été poignardé avec un tournevis tout en marchant près de la Vieille Ville de Jérusalem, un incident ravivant les tensions dans la ville après plusieurs jours de calme précaire.