Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont condamné mercredi les tirs de roquettes visant Israël depuis Gaza, tout en appelant l’Etat hébreu à rester « mesuré » dans sa réponse et à « assurer la protection des civils ».

Les dirigeants des 28, réunis en sommet à Bruxelles, disent « suivre avec une grande préoccupation la violence en Israël et à Gaza », dans un communiqué. Ils « condamnent les tirs de roquettes visant Israël depuis Gaza, et le fait que des civils soient pris pour cible de manière indiscriminée ».

« Israël a le droit de protéger sa population de ce genre d’attaques. Ce faisant, il doit agir de manière mesurée et assurer en toutes circonstances la protection des civils », insiste le communiqué.

Les dirigeants européens « regrettent profondément les pertes de vies innocentes et le nombre de civils blessés dans la bande de Gaza à la suite des opérations militaires israéliennes, et sont très préoccupés par la rapidité et la gravité avec lesquelles se détériore la situation humanitaire ».

Ils appellent les deux parties à « la désescalade », demandent que soit mis fin à la violence, que l’accès des populations à l’aide humanitaire soit assuré, et appellent au retour au calme.

Les Européens « saluent les efforts en cours des partenaires de la région, en particulier l’initiative lancée par l’Egypte, pour instaurer un cessez-le-feu, et appellent le Hamas à l’accepter ».

Israël a annoncé mercredi une trêve « humanitaire » de cinq heures dans ses frappes contre la bande de Gaza qui ont tué huit enfants palestiniens au neuvième jour d’une offensive aérienne majeure, tandis que le Hamas a tiré des dizaines de roquettes sur le territoire israélien, au lendemain du cessez-le-feu proposé par l’Egypte, accepté par Israël mais refusé par le Hamas.