Les forces de sécurité de Jérusalem obtiendront des renforts pour lutter contre la poussée continue de la violence, a annoncé le ministre de la Sécurité publique, Itzhak Aharonovitch mardi, alors que les émeutes semblent continuer pour le troisième jour d’affilée.

Aharonovitch n’a pas donné plus de détails sur le type de renfort que la ville allait recevoir dans le sillage des violentes émeutes dans la capitale. Ces manifestations sont la conséquence de la mort, dimanche, d’un adolescent de Jérusalem Est, blessé par la police pendant une manifestation la semaine dernière.

« Les résidents ont raison s’ils ressentent un manque de sécurité après les jets de pierre et les harcèlements », a-t-il indiqué, lors de sa visite des lieux endommagés par les émeutiers ces derniers jours, comme un arrêt du tramway de Jérusalem ou une station-essence.

« C’est [au gouvernement] d’assurer leur sécurité. A Jérusalem, des incidents ont encore lieu, le district obtiendra des renforts ».

Peu de temps après qu’il ait quitté les lieux, des jeunes hommes masqués ont lancé des pierres sur la police et sur le train de banlieue dans le camp de réfugiés à Jérusalem Est mardi après-midi, avant d’être dispersés par la police.

A Abu Dis, un quartier palestinien en partie à l’intérieur de la limite de la municipalité de la ville [de Jérusalem], un officier de la police des frontières israélien a été légèrement blessé pendant les affrontements mardi.

Un Palestinien se disputant avec la police israélienne le 8 septembre (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

Un Palestinien se disputant avec la police israélienne le 8 septembre (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)