Une délégation israélienne est arrivée mardi en Egypte pour reprendre des négociations indirectes avec les Palestiniens, près d’un mois après la signature d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, a-t-on appris auprès des autorités.

Ce dernier round de négociations pour une trêve durable à Gaza intervient après que l’armée israélienne a annoncé avoir tué deux Palestiniens accusés d’avoir assassiné trois jeunes Israéliens en juin. Ce drame avait marqué le début du dernier conflit meurtrier à Gaza.

L’annonce de cette opération a perturbé la reprise des négociations. Ezzat Al-Rishq, un haut responsable du mouvement islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a indiqué à l’AFP que la délégation palestinienne, en route pour le siège des services de renseignements égyptiens, avait fait demi-tour en apprenant la mort des deux Palestiniens.

Les renseignements égyptiens jouent le rôle de médiateurs entre les deux camps.

« Les discussions ont été retardées de deux heures », a précisé M. Rishq, qui a dénoncé « l’assassinat » des deux Palestiniens, Marouane Kawasmeh et Amer Abou Eisheh, accusés par Israël d’appartenir au Hamas.

Le 26 août, Israéliens et Palestiniens avaient accepté de mettre fin à plus d’un mois d’hostilités meurtrières dans l’enclave palestinienne, à l’issue de négociations indirectes sous l’égide de l’Egypte.

Ce cessez-le-feu, le troisième en six ans à Gaza, prévoyait de nouvelles négociations, sous un mois, concernant les points de divergences entre les deux parties.

Les discussions de mardi visent à se mettre d’accord sur un calendrier des négociations qui devraient se poursuivre après la fête musulmane du sacrifice, Aïd al-Adha, qui tombe lors de la première semaine d’Octobre, selon un responsable palestinien.

Les deux parties doivent discuter de la reconstruction de Gaza, la construction d’un port, la rénovation de l’aéroport et l’échange de prisonniers palestiniens contre les dépouilles de soldats israéliens.

Les factions palestiniennes, le Fatah du président Mahmoud Abbas et son rival le Hamas, doivent parallèlement engager des discussions au Caire pour surmonter leur dissensions internes.