Les salariés de la poste israélienne s’apprêtent à commencer une grève illimitée dès lundi, interrompant les services d’envois postaux à travers le pays, et ce en dehors des villes et des kibbutzim situés à proximité de la bande de Gaza.

Les employés du service postal ont annoncé qu’ils allaient entreprendre cela en signe de protestation contre le plan mis en place pour que l’entreprise soit plus efficace, entré en vigueur en mars.

En vertu de la grève, le courrier ne sera pas livré et les bureaux de poste ne seront pas en mesure de fournir d’autres services, tels que les transferts d’argent et le paiement des factures.

Selon les employés, un accord a été conclu avec les représentants de la direction et du ministère des Finances en vertu de laquelle des centaines d’employés auraient droit à la retraite anticipée au lieu d’être congédiés.

Ces derniers jours, cependant, les dirigeants de l’entreprise ont décidé de licencier 1 500 employés, en violation de l’accord précédent avec les travailleurs, ont fait savoir les employés.

« Dans le cadre des négociations, nous avons convenu de mesures d’efficacité douloureuses, qui comprennent également de nombreux licenciements, et nous avons accepté de payer un lourd tribut, très douloureux » a déclaré Shimon Farjun, un représentant des employés, au site Ynet.

« Mais même si nous avions déjà atteint la dernière ligne droite, maintenant, il s’avère que le ministère des Finances et la direction veulent licencier des milliers d’autres employés. Nous ne pouvons pas accepter cela », a-t-il fait savoir.

Le plan de relance de l’entreprise postale a été conçu pour sauver celle-ci de l’effondrement financier et comprend une réduction budgétaire de 113 millions de shekels.

Un certain nombre d’employés ont manifesté devant le domicile du ministre des Finances Yair Lapid, dimanche et d’autres manifestations sont prévues tout au long de la semaine, selon Ynet.

La direction de la poste a critiqué les employés pour avoir fait grève, et dit que la mesure nuirait aux chances de redressement financier de l’entreprise.

« La compagnie israélienne postale et l’État ont fait de grands efforts afin de satisfaire les demandes des employés, dans le but de stabiliser la société et d’améliorer les services à ses clients, mais le projet de réforme, qui a été présenté aux employés, qui nécessite que le ministère des Finances investisse des centaines de millions de shekels dans sa mise en œuvre, a été accueilli avec une fin de non-recevoir sous la forme d’une grève » peut-on lire dans une déclaration publiée par la compagnie.