L’armée a arrêté un cadre présumé du groupe terroriste FPLP
Rechercher

L’armée a arrêté un cadre présumé du groupe terroriste FPLP

L’épouse d’Ahmad Qatamesh affirme qu’il n’est pas lié au FPLP et qu’il a été arrêté pour son soutien à la grève de la faim des prisonniers

Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le centre de la Cisjordanie, le 23 février 2017. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le centre de la Cisjordanie, le 23 février 2017. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

L’armée israélienne a arrêté 14 suspects en Cisjordanie pendant la nuit de samedi à dimanche, dont un cadre du groupe terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), a annoncé un porte-parole de l’armée.

Selon le Shin Bet, Ahmad Qatamesh a été arrêté à el-Bireh, et doit être interrogé car il est soupçonné d’appartenir au FPLP.

Qatamesh, qui est aussi écrivain, a déjà été emprisonné par Israël dans les années 1990 pendant plus de cinq ans, sans être jugé, en raison de ses relations avec le FPLP. Au moment de sa libération, il était le prisonnier palestinien qui avait été emprisonné le plus longtemps sous le régime de la détention administrative.

Il avait à nouveau été arrêté en 2011 et détenu pendant plus de deux ans sous ce même régime.

L’épouse de Qatamesh, Suha Barghouthi, a dit dimanche à Al-Jazeera qu’elle pensait que son mari avait été arrêté car il défendait les prisonniers palestiniens en grève de la faim dans les prisons israéliennes.

« Nous ne savons pas encore ce qu’il se passe ni pourquoi, mais je pense que c’est parce qu’il fait campagne pour les prisonniers et est très actif », a-t-elle dit, ajoutant qu’il avait été prévenu par Israël de ne « pas parler si publiquement ».

Barghouthi a ajouté que son époux avait été ciblé à tort, en raison de l’ « image » qu’Israël a de lui.

« Dans leur esprit, ils le considèrent toujours comme un dirigeant et le tiennent pour responsables des actions. Il n’est le dirigeant d’aucune organisation politique », a-t-elle dit.

« Ils ont une image d’Ahmad, [et] il paie le prix de ce qu’ils pensent qu’il est », a-t-elle ajouté.

Sur les 14 suspects arrêtés pendant la nuit par l’armée israélienne, 13 sont soupçonnés d’être impliqués dans des actes de « terrorisme populaire », un terme fourre-tout regroupant des affrontements contre les forces de sécurité, des jets de pierres, et d’autres violences de faible niveau, a annoncé l’armée.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...