Israël s’est déclaré lundi soir « profondément déçu » de la décision de la diplomatie américaine de « travailler » avec le nouveau gouvernement palestinien, soutenu par le mouvement terroriste Hamas.

« Nous sommes profondément déçus par les commentaires du département d’Etat concernant le gouvernement d’union palestinien. Ce gouvernement palestinien est un gouvernement soutenu par le Hamas qui est une organisation terroriste déterminée à la destruction d’Israël », a indiqué à l’AFP un responsable gouvernemental sous couvert d’anonymat.

« Si l’administration américaine veut faire avancer le processus de paix, elle devrait demander à Abbas de mettre un terme à son pacte avec le Hamas et de retourner aux négociations de paix avec Israël et non lui laisser croire qu’il est acceptable de former un gouvernement d’union avec une organisation terroriste », a ajouté le responsable israélien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait auparavant exhorté les Etats-Unis et l’Union européenne à ne pas « se précipiter » pour reconnaître un gouvernement palestinien soutenu par le Hamas.

Le nouveau gouvernement d’union palestinien, composé de personnalités indépendantes et soutenu par le Hamas, a prêté serment lundi devant le président Mahmoud Abbas à Ramallah.

Les Etats-Unis ont fait part de leur intention de travailler avec la nouvelle équipe palestinienne et de maintenir leur aide à l’Autorité palestinienne.

« A la lumière de ce que nous savons, nous travaillerons avec ce gouvernement », a déclaré Jennifer Psaki, porte-parole de la diplomatie américaine, soulignant que le gouvernement palestinien ne comptait « aucun membre affilié au Hamas », le mouvement terroriste, bête noire d’Israël.

Mais, a-t-elle souligné, les Etats-Unis « suivront de près » la conduite des affaires de ce gouvernement d’union nationale et notamment son respect du principe de non-violence.

M. Abbas a promis que le gouvernement, qui a prêté serment lundi, rejetterait la violence, reconnaîtrait Israël et respecterait les engagements internationaux, afin de rassurer la communauté internationale sur sa volonté de paix avec Israël.

Il a reçu dimanche un appel du secrétaire d’Etat américain John Kerry et a cherché à le tranquilliser, arguant que le nouveau gouvernement ne comportait aucun ministre du Fatah ou du Hamas, selon une source informée palestinienne.

Le Hamas a salué un gouvernement d’union de « tous les Palestiniens » et lui a remis formellement le pouvoir qu’il détenait depuis 2007 dans la bande de Gaza.

« Le gouvernement palestinien de consensus national est le gouvernement d’un peuple et d’un seul système politique », a déclaré le Premier ministre de facto du Hamas à Gaza, Ismael Haniyeh, qui a remis sa démission et celle de son gouvernement.

« Nous quittons le gouvernement mais pas la nation. Nous quittons les ministères mais pas les affaires de la nation », a observé M. Haniyeh dans un discours télévisé.