Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que « le peuple juif n’a pas d’avenir sans l’Etat d’Israël », lors d’une cérémonie organisée pour Yom HaZikaron par Yad Lebanim, une ONG représentant les familles endeuillées.

« Et ils ont un avenir – si nous sommes d’accord pour protéger notre nation », a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre s’est ensuite adressé aux familles réunies à l’occasion de cette cérémonie : « Plus nos ennemis menacent de détruire (notre) maison, plus nous sommes résolus à défendre la maison. L’esprit dont nous sommes imprégnés n’a pas diminué au cours des années et ne cesse de croître encore. »

Netanyahu ajoute que cet esprit était évident lors de la dernière guerre d’Israël, l’opération Bordure protectrice de 2014 dans la bande de Gaza. « Que de courage, que d’amitié, que d’unité, que de sacrifices », a-t-il dit à propos des soldats qui ont combattu durant ces batailles.

« Lorsque la douleur et le tourment des pertes enflent, nous devons nous consoler avec le fait que (nos) fils et (nos) filles sont tombés au cours d’une mission plus noble que tout autre – assurer l’existence de notre nation », conclut-il.

Le Premier ministre ajoute que la douleur de la perte de son frère, Yoni Netanyahu, lors de l’opération Entebbe, persiste encore à ce jour.

« Trente-neuf ans après que mon frère soit tombé, l’emprise de la peine est là, précise-t-il. Mes parents n’ont pas été libérés de l’emprise de la peine, qu’ils reposent en paix, jusqu’à leur dernier jour. L’emprise de peine sur vous ne s’estompe pas. »

« En ce jour où les gens se joignent à nous dans notre chagrin. Les gens se dressent et inclinent leurs têtes, mettent leur drapeau en berne en signe de gratitude … à la mémoire de nos êtres chers qui sont morts », a-t-il conclu.

Les roquettes et la terreur ne nous affaiblirons pas

Yuli Edelstein, le président de la Knesset, a révélé qu’il a été « profondément ému » par les histoires des familles endeuillées qu’il a rencontré suite à l’opération Bordure protectrice de l’an dernier dans la bande de Gaza.

« Je dois avouer que l’été dernier, j’ai vécu une expérience qui m’a boulversé dans les maisons des familles des soldats tombés au combat », a expliqué Edelstein lors du service commémoratif de Yad Lebanim.

« J’ai été profondément ému de découvrir leurs histoires, de faire connaissance avec ces pierres précieuses qui composent Israël », poursuit-t-il.

« À chaque fois nous sortons du combat meurtris, mais en ayant pris le dessus. Ni les roquettes, ni les tunnels, ni attaques les terroristes n’affaibliront ce peuple », a affirmé Edelstein.

La police a aussi procédé à une cérémonie à la mémoire des victimes du terrorisme et des soldats morts au combat.