Un nouveau groupe djihadiste Palestinien ayant prêté allégeance au califat islamique (anciennement connu comme EIIL) a revendiqué la responsabilité pour l’enlèvement et le meurtre des trois adolescents israéliens le mois dernier en Cisjordanie, aussi bien que d’autres attaques mortelles récentes contre des civils et soldats israéliens.

Dans un communiqué posté sur des sites djihadistes mardi, les Partisans de l’Etat islamique à Bayt al-Maqdis ont affirmé être derrière la capture et le meurtre des « trois soldats » de Hébron (en réalité c’était aux alentours du Gush Etzion), les attaques au sniper à Hébron et Tarqumia et les tirs de missiles depuis Gaza contre Israël, il y a un mois et demi.

Les actions sont entreprises en l’honneur d’Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l’Etat islamique, réincarnation de l’Etat islamique en Irak et au Levant, déclaré le mois dernier, selon le communiqué.

« Nous ne sommes pas un groupe partisan comme les organisations humiliées, nombreuses dont les leaders ont vendu leur religion pour les avantages de la politique » poursuit le communiqué, critiquant à la fois le Fatah et le Hamas.

« Ils sont entrés dans les parlements polythéistes et se sont alliés avec les païens et les dirigeants chiites, transférant leurs prédications et religion à l’intérieur de la Cisjordanie et de Gaza, Que Dieu nous aide ».

Aaron Zelin, un membre de Richard Borrow au Washington Institute et expert des organisations djihadistes mondiales a dit qu’il ne savait rien du groupe.

« C’est difficile d’affirmer s’il est légitime » a-t-il dit.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tient le Hamas responsable du kidnapping et de l’assassinat de Gil-ad Shaar, Naftali Fraenkel et Eyal Yifrah, le 12 juin. Mercredi, le porte-parole du Hamas Sami Abou Zuhri a nié un rapport de Sky News Arabia affirmant que le chef politique du mouvement Khaled Meshaal avait nié l’implication du Hamas. Abou Zuhri a dit que le Hamas « n’a aucune information sur le sujet ».

Le communiqué djihadiste a menacé à la fois Israël et l’Autorité Palestinienne de mort et de destruction.

« Notre message aux juifs à Bayt al-Maqdis (le terme islamique pour Jérusalem) et aux environs : en occupant la terre des musulmans en Palestine … vous avez ouvert une porte qui ne pourra pas être fermée à moins que vous quittiez (la terre) humiliés … ou (soyez) tués, de la manière dont vous avez trouvé les corps putrides de vos trois soldats. Nous vous annonçons des jours difficiles.

« A la direction de l’autorité hérétique (palestinienne) : nous avons des surprises pour vous qui vont secouer vos trônes et mettre fin à votre agression contre les musulmans en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Vous nous avez tués et vous êtes rebellés contre Dieu … Attendez nous, nous viendrons vous abattre et vous tuer. Nous n’abandonnerons pas les musulmans oppressés tant que nous n’avons pas libéré chaque croyant de vos prisons ».

Un groupe inconnu nommé Brigades du Hezbollah a aussi revendiqué la responsabilité pour l’enlèvement le mois dernier, affirmant que c’était en réponse à l’assassinat du leader du Hezbollah Imad Mughniyeh, survenu en 2008.