Avec ses usines pétrolières et chimiques, Haïfa craint un drame comme à Beyrouth
Rechercher

Avec ses usines pétrolières et chimiques, Haïfa craint un drame comme à Beyrouth

La municipalité de la ville portuaire juge les explosions dans la capitale libanaise comme un "signal d'alarme" et demande au gouvernement le transfert des usines dangereuses

Un incendie qui a éclaté dans une raffinerie de pétrole de Haïfa, le 25 décembre 2016. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)
Un incendie qui a éclaté dans une raffinerie de pétrole de Haïfa, le 25 décembre 2016. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)

La maire de Haïfa s’est dit préoccupée mercredi par le fait que le « scénario d’horreur » qui a frappé Beyrouth pourrait se dérouler dans la ville portuaire du nord d’Israël, au lendemain d’importantes explosions dans la capitale libanaise qui ont provoqué la mort d’au moins 113 personnes et fait des milliers de blessés.

Les appels à accélérer les efforts pour déplacer les usines pétrolières et chimiques potentiellement dangereuses hors de la zone densément peuplée de Haïfa se sont multipliés à la suite de l’explosion gigantesque au port de Beyrouth, qui est liée à des stocks de quelque 3 000 tonnes de nitrate d’ammonium.

Situé à proximité de zones résidentielles abritant 900 000 personnes, la baie de Haïfa, dans le nord d’Israël, abrite la plus grande zone industrielle du pays. Elle compte deux ports et plus de 60 usines industrielles, dont des raffineries de pétrole et des usines de traitement, des centrales électriques et des installations de stockage. Elle est traversée par les principaux réseaux routiers nationaux sur lesquels des centaines de milliers de personnes circulent chaque jour.

La maire de Haïfa, Einat Kalish Rotem, a écrit mercredi sur Facebook : « La peur de nous tous, selon les experts en la matière, est exactement celle d’un scénario d’horreur dans le nord d’Israël comme celui qui a éclaté hier… Hier, nous avons reçu un signal d’alarme de Beyrouth… Il n’y a pas de place pour les substances dangereuses et les usines polluantes dans l’espace urbain et parmi la population. Après avoir été choqué par la dureté de la situation au Liban, il est temps d’agir. »

Einat Kalisch Rotem, maire de Haïfa, lors de la conférence internationale annuelle sur l’innovation municipale à Tel Aviv, le 27 février 2019. (Flash90)

Eli Dukorsky, maire de Kiryat Bialik, au nord de Haïfa, s’est fait l’écho de l’appel à l’évacuation des industries pétrochimiques dans un message sur sa page Facebook.

Au fil des ans, de nombreux accidents industriels ont eu lieu. L’un des plus graves de ces dernières années s’est produit en 2016, lorsqu’un incendie de grande ampleur a éclaté dans un complexe de raffinerie de pétrole à Haïfa, provoquant des nuages noirs toxiques flottant au-dessus de la baie pendant plusieurs heures.

Pour cela, la société de raffinage et de pétrochimie du groupe Bazan a été condamnée en début d’année à payer une amende de 1,2 million de NIS (300 000 euros) pour négligence, pollution et violation de permis.

Mardi – le jour de l’explosion de Beyrouth – le tribunal de district de Haïfa débattait de l’opportunité d’accepter une action collective contre 30 usines polluantes de la baie de Haïfa. La missive dénonce la négligence et les violations de la loi sur la propreté de l’air qui ont entraîné des taux élevés de lymphomes non hodgkiniens et de cancer du poumon dans la région.

Nous devons en tirer les leçons immédiatement

Le chef du parti de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh, a déclaré dans un tweet que, même si l’horreur de l’explosion de Beyrouth était toujours présente, « une chose est claire : nous devons tirer les leçons immédiatement et débarrasser la baie de Haïfa des raffineries et les tenir éloignées des centres de population… C’est un danger immédiat pour nos vies et celles de nos enfants. »

La ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, a déclaré que la tragédie de Beyrouth était « préoccupante » mais a réitéré sa promesse de transférer les industries pétrochimiques dans un délai de dix ans.

Miki Haimovich, présidente de la commission des Affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset, qui a tenu un débat sur l’avenir de la baie de Haïfa fin juin, a promis de convoquer à nouveau la commission pour discuter de l’état de préparation d’Israël à une catastrophe massive impliquant des matières dangereuses.

L’explosion à Beyrouth, selon le Premier ministre libanais Hassan Diab, aurait été causée par environ 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées près du port de marchandises de la capitale.

Vue générale de la scène d’une explosion dans le port de Beyrouth, la capitale du Liban, le 4 août 2020. (STR / AFP)

Le nitrate d’ammonium est principalement utilisé comme engrais à forte teneur en azote pour les cultures et également comme composant d’explosifs pour des industries telles que l’exploitation minière.

Elle résulte de la réaction de l’ammoniac avec l’acide nitrique.

L’ammoniac, bien qu’il ne soit pas très inflammable en soi, peut exploser si les conteneurs sont exposés à une forte chaleur.

Une photo d’un réservoir d’ammoniac à Haifa, le 30 juin 2017. (Flash90)

Une source de danger a été éliminée de la baie de Haïfa il y a deux ans lorsque, après des années de pression publique, un énorme réservoir de stockage d’ammoniac a été vidangé sur ordre de la Cour suprême.

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, groupe terroriste libanais soutenu par l’Iran, avait menacé de faire exploser le réservoir.

L’ammoniac est désormais importé par bateau et transporté en Israël par pipeline.

Les risques sont jugés faibles, mais des études supplémentaires sont nécessaires

En 2015, suite à la décision du gouvernement de réduire la pollution atmosphérique et les risques environnementaux dans la baie de Haïfa, le ministère de la Protection de l’environnement a commandé une évaluation de l’exposition et des risques des matières dangereuses dont les résultats préliminaires de la première phase ont été soumis à la consultation publique en juillet 2019.

L’enquête a été menée par un expert en évaluation des risques et ancien chef scientifique du ministère, Eli Stern, ainsi que par quatre sociétés de conseil.

L’enquête a examiné et cartographié plus de 1 500 « foyers de danger » couvrant les matériaux utilisés dans la transformation et la production ou stockés comme matières premières ou comme produits finis.

Elle a examiné le potentiel d’incidents opérationnels graves résultant de dommages aux conteneurs ou d’incendies et d’explosions de matières inflammables qui pourraient se produire dans les usines et les terminaux. Mais elle a reporté à une seconde étape de la recherche les dangers potentiels du transport de ces matériaux ou des tremblements de terre ou des attaques terroristes qui pourraient les frapper. La faille de Yagur, active sur le plan sismique, passe entre la baie de Haïfa et la vallée du Jourdain.

Une carte de la baie de Haïfa et des zones résidentielles avoisinantes. (Google Earth)

Le rapport, que son auteur a décrit comme étant plutôt un examen préalable, a conclu que la probabilité de danger était faible dans la grande majorité des cas, mais a choisi quatre établissements pour des recherches plus approfondies : le Haifa Group, qui produit des engrais spécialisés, Dor, les industries pétrochimiques Gadiv du groupe Bazan et Gadot East.

Cependant, malgré la date limite de septembre 2019 pour recevoir les commentaires du public, aucun rapport final de la phase A n’a encore été publié et il n’existe pas de calendrier pour le début d’une phase B.

Zalul, une organisation de protection de l’environnement marin, a déclaré dans sa présentation à l’époque que le rapport n’était que partiel et semblait principalement destiné à rassurer le public, « ou pire, à le rendre aveugle » aux dangers. L’organisation s’est même demandé si la date de publication avait un lien avec le rapport du contrôleur de l’Etat, très critique, publié un mois plus tôt.

« Un rapport global sur les risques est peut-être important et nécessaire, à condition qu’il soit fait dans son intégralité, et qu’il comprenne toutes les menaces – tremblements de terre, oléoducs, guerre et terrorisme, ainsi qu’une description de l’éventail des solutions réparties entre les différents ministères et les divers organes de mise en œuvre », a déclaré M. Zalul. « Tant que cela ne sera pas fait, ce rapport n’aura aucune valeur. »

Dans un rapport de juin 2019, le contrôleur de l’État a déclaré que quelque 900 000 habitants de Haïfa et de la zone métropolitaine environnante étaient exposés à des polluants cancérigènes tout autant que lorsqu’un plan national a été élaboré et accepté par le ministère de la Protection de l’environnement en 2015.

Il a fait remarquer qu’un rapport de son bureau datant de 2014 avait révélé que le taux de cancer à Haïfa était 15 % plus élevé que la moyenne nationale, et que l’asthme chez les enfants était deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Depuis lors, le taux a augmenté, tout comme la prévalence des maladies cardiaques et respiratoires, a-t-il dit.

Plans pour une nouvelle baie d’innovation dans la ville de Haïfa, au nord, après le démantèlement de l’industrie polluante des raffineries de pétrole, le 29 juin 2020. (Capture d’écran, Commission des affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset)

Le Conseil économique national, qui conseille le Premier ministre, et le ministère de la Protection de l’environnement recommandent tous deux de fermer d’ici cinq ans les installations de Bazan, qui polluent depuis longtemps Haïfa et caractérisent en grande partie sa ligne d’horizon, et de les remplacer par un centre résidentiel et commercial écologique.

L’administration des Terres d’Israël, qui possède quelque 20 000 dounams (près de 2 000 hectares) de terres dans la région, a présenté des plans pour l’après-Bazan de la baie de Haïfa à la commission des Affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset en juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...