Après des années de polémique, le réservoir d’ammoniaque de Haïfa est – enfin – vidé
Rechercher

Après des années de polémique, le réservoir d’ammoniaque de Haïfa est – enfin – vidé

Des avertissements qu'une fuite dans le réservoir pourrait faire des dizaines de milliers de morts ont été entendus par la cour

Le réservoir d'ammoniac de Haïfa. (Crédit : ministère de l'Environnement)
Le réservoir d'ammoniac de Haïfa. (Crédit : ministère de l'Environnement)

Haifa Chemicals a fini jeudi de vider son réservoir d’ammoniaque pour la première fois depuis des décennies, se conformant ainsi à une ordonnance de la Haute cour qui avait statué que le risque d’une fuite prenait le pas sur les bénéfices apportés par la structure.

Le réservoir, localisé dans la baie de Haïfa, avait été vidé pour la première fois en 2013, faisant naître un conflit entre les résidents locaux inquiets de la possibilité d’une fuite chimique mortelle et les responsables affirmant que sa fermeture pourrait nuire à l’économie.

Dans sa décision finale, au mois de mai 2017, la cour avait estimé que même si l’éventualité d’une fuite était faible, les dégâts qu’elle pourrait causer seraient insupportables.

Haifa Chemicals a averti que 800 de ses employés perdraient leur emploi suite à la fermeture du réservoir mais le tribunal du travail de Haïfa a maintenu mardi leur licenciement à la fin du mois de septembre de manière à permettre aux ouvriers de négocier leurs conditions de départ avec l’administration de l’entreprise, qui est actuellement en pourparlers avec le gouvernement sur une alternative au réservoir.

Yona Yahav, maire de Haïfa, pendant une conférence à l'université hébraïque de Jérusalem, le 22 mars 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Yona Yahav, maire de Haïfa, pendant une conférence à l’université hébraïque de Jérusalem, le 22 mars 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La décision du tribunal de faire fermer ce réservoir d’une capacité de 12 000 tonnes est intervenue après que des responsables locaux, avec à leur tête le maire de Haïfa, Yona Yahav, ont mis en garde que des milliers de personnes pourraient mourir si une fuite avait lieu, et que le risque pouvait même augmenter si l’un des navires d’approvisionnement en ammoniaque entrant dans le port tous les mois était touché par un missile.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a menacé – à plusieurs reprises – de viser le réservoir lors d’un futur conflit avec Israël.

En 2013, le gouvernement avait décidé de fermer le réservoir à l’horizon 2017 et d’établir une usine de production dans le Negev pour préserver la sécurité des citoyens de Haïfa.

Le gouvernement s’était par ailleurs aussi engagé à assurer un approvisionnement continu du complexe jusqu’à la mise en place – et jusqu’au lancement – de la nouvelle usine de production.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...