Des animaux d’un zoo d’Alep évacués en Turquie
Rechercher

Des animaux d’un zoo d’Alep évacués en Turquie

Une fois les soins achevés, les bêtes évacuées devraient être transférées vers d'autres pays dans lesquels Four Paws dispose de sanctuaires pour animaux

Bibi, une lionne de Marsh Pride, dans une capture d'écran d'un programme sur la faune de la BBC. Les Lions étaient autrefois des animaux communs au Moyen-Orient, mais ils ont vu leur nombre se réduire au fil du temps (Crédit : Capture d'écran YouTube / BBC Wildlife)
Bibi, une lionne de Marsh Pride, dans une capture d'écran d'un programme sur la faune de la BBC. Les Lions étaient autrefois des animaux communs au Moyen-Orient, mais ils ont vu leur nombre se réduire au fil du temps (Crédit : Capture d'écran YouTube / BBC Wildlife)

Une ONG internationale de défense des animaux achevait vendredi l’évacuation vers la Turquie d’une douzaine de bêtes, dont des lions, des tigres et des ours, depuis un zoo de la ville syrienne d’Alep ravagée par la guerre.

L’organisation « Four Paws » (Quatre Pattes), qui vient au secours aux animaux en détresse partout dans le monde, devait faire passer vendredi à travers la frontière syro-turque deux lions et deux chiens du zoo et parc d’attraction abandonné de « Magic World » à Alep, a indiqué l’ONG à l’AFP.

Ces bêtes doivent être transférées ensuite vers un centre de protection des animaux dans le nord-ouest de la Turquie, a précisé Martin Bauer, un porte-parole de Four Paws.

Lors d’une première phase de cette opération, Four Paws avait évacué le 21 juillet trois lions, deux tigres, deux ours noirs asiatiques et deux hyènes en provenance du même zoo, a-t-il ajouté.

Les bêtes sauvages se trouvent actuellement dans un centre de protection des animaux à Karacabey, près de la ville de Bursa dans nord-ouest de la Turquie.

« Les neuf animaux actuellement soignés à Karacabey se portent bien », a affirmé M. Bauer.

Une fois les soins achevés, les bêtes évacués devrait être transférés vers d’autres pays dans lesquels Four Paws dispose de sanctuaires pour animaux comme la Jordanie, l’Afrique du Sud ou les Pays-Bas, a pour sa part indiqué le vétérinaire en chef de l’ONG, Amir Khalil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...