WASHINGTON — Les dirigeants des deux partis appartenant au Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants ont appelé le secrétaire d’État John Kerry à suspendre le financement de l’Autorité palestinienne jusqu’à ce que cette dernière se retire de la Cour pénale internationale.

« Les États-Unis ne doivent pas apporter une aide économique directe à l’Autorité palestinienne tant qu’elle ne change pas de façon visible sa trajectoire destructrice et prouve qu’elle peut être un partenaire de bonne volonté pour la paix », peut-on lire dans la lettre envoyée le 22 janvier et fournie aux journalistes en fin de semaine dernière.

La lettre, signée par les leaders républicains et démocrates du comité et de chacun des sous-comités, renoncent aux propos comminatoires pour s’engager dans l’action parlementaire.

Le seul leader de sous-comité à ne pas figurer parmi les signataires est la député californienne Karen Bass, leader démocrate du sous-comité pour l’Afrique.

Dans une lettre du Sénat envoyée séparément à Kerry au même moment, les trois quarts de cette assemblée ont déclaré qu’ils « ne soutiendraient pas » l’aide à l’Autorité palestinienne, suggérant ainsi qu’ils bloqueront l’approbation des crédits.

Les deux lettres ont pris soin de cibler spécifiquement le financement direct à l’Autorité palestinienne ; une grande partie des 500 millions de dollars annuels destinés aux Palestiniens par les Etats-Unis étant en effet dédiés à des projets humanitaires séparés de l’Autorité palestinienne.

Les coupes budgétaires affecteraient le financement américain des forces de sécurité palestiniennes, qui coopèrent avec Israël pour le renforcement de la sécurité en Cisjordanie.

Les Palestiniens ont adhéré en fin d’année dernière à la Cour pénale internationale.

Début janvier, le procureur de la Cour a lancé un examen préliminaire afin de déterminer si des crimes ont été commis pendant le conflit de l’été dernier entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et au cours des événements de Cisjordanie à la suite de l’enlèvement et de l’assassinat de trois adolescents juifs par des terroristes palestiniens.