Allemagne : Des néonazis jugés pour des projets d’attentats contre des mosquées
Rechercher

Allemagne : Des néonazis jugés pour des projets d’attentats contre des mosquées

Douze membres d'un groupuscule néo-nazi sont accusés d'avoir ourdi des attentats contre des mosquées et des responsables politiques dans un contexte de menace de l'extrême droite

Un accusé est escorté par des officiers de justice pour l'ouverture d'un procès contre douze hommes accusés d'avoir créé et soutenu une organisation terroriste, le "Groupe S" (Gruppe S.), le 13 avril 2021 au tribunal de Stuttgart - Stammheim, dans le sud de l'Allemagne. Le groupe, qui porte le nom de son chef Werner S., est soupçonné d'avoir planifié des attaques contre des mosquées et des hommes politiques. (POOL / AFP)
Un accusé est escorté par des officiers de justice pour l'ouverture d'un procès contre douze hommes accusés d'avoir créé et soutenu une organisation terroriste, le "Groupe S" (Gruppe S.), le 13 avril 2021 au tribunal de Stuttgart - Stammheim, dans le sud de l'Allemagne. Le groupe, qui porte le nom de son chef Werner S., est soupçonné d'avoir planifié des attaques contre des mosquées et des hommes politiques. (POOL / AFP)

Douze membres d’un groupuscule néo-nazi comparaissent depuis mardi devant la justice allemande, accusés d’avoir ourdi des attentats contre des mosquées et des responsables politiques dans un contexte de menace accrue de l’extrême droite en Allemagne.

Les accusés, âgés de 33 à 62 ans et qui avaient formé à partir de septembre 2019 le groupuscule « Gruppe S. », répondent devant la Haute Cour régionale de Stuttgart de la création d’une organisation terroriste et du soutien qu’il lui ont apporté.

L’objectif de ce mouvement était de provoquer « un état proche de la guerre civile » en menant des actions visant à provoquer « un renversement de l’ordre politique », selon l’accusation, qui assure que les accusés ont « des opinions ouvertement national-socialistes (nazies, ndlr) ».

Concrètement, les membres du groupe comptaient attaquer des mosquées afin de « blesser et tuer » des fidèles musulmans lors de la prière du vendredi, selon le Parquet de Karlsruhe, compétent en matière d’affaires de terrorisme.

Le « Gruppe S. », qui communiquait essentiellement par des chats sur internet, prévoyait également de s’en prendre à deux responsables des Verts allemands, dont leur co-dirigeant Robert Habeck.

50 000 euros

Pour mener à bien leurs funestes desseins, ils avaient prévu de se procurer des armes en réunissant la somme de 50 000 euros.

La police a d’ailleurs découvert des armes lourdes et des munitions au cours de perquisitions dans les logements des membres du groupe qui évoquaient aussi un possible attentat contre le Reichstag, le bâtiment qui abrite la chambre des députés.

Les membres du groupuscule se sont réunis à trois reprises pour des exercices de maniement des armes et de tirs et pour élaborer leurs projets avant d’être arrêtés.

Certains des accusés, aux âges et profils divers, se sont présentés dans le prétoire le visage dissimulé derrière un masque médical, une capuche enfoncée jusqu’au dessus des yeux.

Ils ont pris place sur le banc des accusés, séparés les uns des autres par des panneaux de verre en raison de la pandémie.

– Témoin protégé –

L’acte d’accusation s’appuie essentiellement sur les conversations menées par messagerie et sur les déclarations d’un témoin protégé qui a pris part à des réunions de « Gruppe S. ».

Cet homme uniquement désigné par l’initiale « u » avait livré des informations capitales aux enquêteurs ce qui leur avait permis de découvrir l’existence de ce groupuscule.

L’un des deux « cerveaux », Werner S., en détention provisoire à Augsbourg, fait l’objet d’une autre procédure judiciaire. Selon la radio publique régionale SWR, il a proposé jusqu’à 50 000 euros à un membre de la mafia italienne pour qu’il tue un témoin.

Les audiences se déroulent sous haute sécurité et devraient durer au moins jusqu’au mois d’août.

Onze des 12 accusés sont en détention provisoire depuis leur interpellation le 14 février 2020 alors qu’ils avaient prévu de se retrouver une nouvelle fois pour discuter de leur passage à l’acte.

La mouvance d’extrême droite est actuellement considérée par le Renseignement intérieur comme la principale menace pesant sur la sécurité de l’Etat.

Longtemps négligée au profit de la lutte contre le terrorisme islamiste, elle est dans le collimateur des autorités depuis l’attentat manqué en octobre 2019 contre une synagogue à Halle, qui avait fait deux morts.

Quelques mois auparavant, le meurtre par un néonazi, condamné depuis, d’un responsable politique conservateur défendant l’accueil des réfugiés en Allemagne, Walter Lübcke, avait profondément choqué le pays.

Moins d’un an plus tard, en février 2020, neuf jeunes, tous d’origine étrangère, avaient été tués à Hanau, près de Francfort, dans un attentat raciste perpétré par un homme impliqué dans la mouvance complotiste.

Les crimes et délits liés à l’extrême droite ont atteint en 2020 en Allemagne leur niveau le plus élevé depuis 2001, avec plus de 23 000 actes aux motivations racistes, antisémites ou dirigés contre le système démocratique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...