L’Italie va-t-elle faire disparaître la tourterelle, le « messager du printemps »?
Rechercher

L’Italie va-t-elle faire disparaître la tourterelle, le « messager du printemps »?

Alors qu'Israël cherche à protéger les tourterelles, Rome a donné le feu vert à l’abattage de 7,5 millions d'entre elles, ce qui pourrait conduire à l'extinction de l'espèce

Une tourterelle européenne. (Crédit : Ehud Fast)
Une tourterelle européenne. (Crédit : Ehud Fast)

Les amateurs d’oiseaux condamnent la décision du gouvernement italien d’autoriser ses chasseurs à tirer jusqu’à 7,5 millions de tourterelles – une décision qui pourrait conduire la variante européenne de l’espèce emblématique vers l’extinction.

La Commission européenne estime qu’il reste entre 3 et 11 millions de spécimens d’espèces de tourterelles européennes sur le continent.

Israël est à ce jour le seul pays au monde où la chasse légale des tourterelles est interdite – de façon temporaire. Cette interdiction s’appliquait à la saison de chasse 2020, et la Société pour la protection de la nature en Israël fait pression pour qu’elle soit prolongée, sinon définitivement inscrite dans la loi.

Le Shir HaShirim (Cantique des Cantiques) célèbre le printemps avec les mots : « Des fleurs sont apparues sur nos terres. La saison des oiseaux chanteurs est arrivée et le roucoulement des tourterelles se fait entendre. »

Selon le Comité contre l’abattage d’oiseaux, le gouvernement italien, tout en participant à une réunion sur la protection des tourterelles, a cédé à la pression des représentants régionaux, poussés par la Fédération de chasse italienne, qui représente quelque 500 000 chasseurs, pour permettre aux chasseurs de tirer jusqu’à 15 tourterelles chacun par saison, du 1er au 21 septembre.

Le ministère italien de la Transition écologique, soutenu par l’Institut national italien pour la protection et la recherche environnementales (ISPRA), avait demandé une interdiction de la chasse de l’espèce d’une durée de quatre ans.

Les oiseaux, seule colombe européenne migratrice de longue distance, passent un tiers de l’année dans leurs aires de reproduction en Méditerranée – y compris en Israël – et en Europe, hivernant dans le Sahel africain.

Une tourterelle européenne abattue par un chasseur « sportif » dans la vallée de Hula, dans le nord d’Israël, le 2 septembre 2020. (Crédit : KKL-JNF Chief Birdwatcher, Yaron Cherka)

Leur nombre est en chute libre depuis les années 1970.

Avec un chiffre global en baisse de 50 % en Europe au cours des 16 dernières années, des baisses de plus de 90 % ont été enregistrées dans des pays comme le Royaume-Uni.

À la lumière de ce déclin rapide, l’Union internationale pour la conservation de la nature a récemment fait passer le statut de la tourterelle de vulnérable à menacée à l’échelle mondiale – à trois catégories de l’extinction.

Jonathan Meyrav, ornithologue amateur depuis l’enfance et directeur du tourisme et des événements internationaux de la Société pour la protection de la nature en Israël, a déclaré que, s’il n’y avait pas de chiffres exacts pour l’espèce en Israël, « d’après mon expérience et celle de mes collègues, il y a des baisses très fortes ».

« Elles sont officiellement protégées dans la plupart des pays – sauf pendant la saison de chasse récréative, lorsqu’elles deviennent légalement gibiers. Il y a en théorie des limites de prises pour chaque chasseur, mais elles sont très difficiles à appliquer », a-t-il expliqué.

La chasse est encore un sport répandu dans les pays du sud de l’Europe comme l’Espagne, l’Italie et Malte. Les chasseurs maltais ont la particularité de commencer à chasser les tourterelles dès le printemps. Certaines mesures ont été prises pour interdire la chasse à la tourterelle en France, a déclaré Meyrav, mais rien n’a encore été modifié dans la loi.

Jonathan Meyrav. (Autorisation)

Meyrav a annoncé que son organisation allait lancer et diriger une campagne nommée « Année de la colombe » dans les semaines à venir, en collaboration avec BirdLife International, un partenariat mondial d’organisations de conservation de la nature, avec des affiliés en Grèce, en Turquie, à Malte et à Chypre. Des événements publics sont prévus pour l’automne et pour le printemps 2022. Plusieurs projets en Europe de l’Ouest sont également en cours.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles l’accent est mis sur la tourterelle, Meyrav a déclaré que « très peu d’espèces sont en déclin à ce point et, étant donné qu’il y a une dimension juridique ici, nous pouvons faire une différence. Il suffit d’interdire la chasse récréative pour sauver des millions d’oiseaux chaque année ».

Comme d’autres espèces, les tourterelles souffrent également d’une perte d’habitat, de mises à mort illégales et des pressions humaines sur leurs aires de reproduction, « mais nous avons moins de marge de manœuvre à ce sujet », a ajouté Meyrav.

Une tourterelle européenne. (Crédit : Ehud Fast)

« C’est une espèce emblématique – un symbole de loyauté et dans certaines traditions folkloriques, un symbole d’amour. Les tourterelles ont des relations solides et significatives. Elles étaient autrefois si communes que tout le monde reconnaissait leur roucoulement. Perdre une telle espèce serait tragique », a-t-il déclaré.

« La tourterelle est aujourd’hui l’équivalent du pigeon voyageur d’Amérique du Nord, qui a été chassé jusqu’à l’extinction », a-t-il ajouté. « Quelle que soit la façon dont on voit les choses, nous devons montrer que la chasse récréative est tout simplement une erreur. Nous devons montrer le déclin de l’espèce et faire pression sur les gouvernements pour qu’ils, espérons-le, restreignent la chasse et l’interdise complètement. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...