Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Macron à Gantz : il faut éviter « toute attitude escalatoire, notamment au Liban »

L'Elysée n'a pas précisé si cet entretien s'est déroulé avant ou après la mort dans la soirée du numéro deux du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas

Le président français Emmanuel Macron, rencontre le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, à Jérusalem, le 22 janvier 2019. (Crédit : Elad Malka)
Le président français Emmanuel Macron, rencontre le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, à Jérusalem, le 22 janvier 2019. (Crédit : Elad Malka)

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu mardi par téléphone avec le ministre israélien Benny Gantz auquel il a fait part de « sa plus vive préoccupation » face au très lourd bilan civil et à la situation d' »urgence humanitaire absolue » dans la bande de Gaza, a fait savoir l’Elysée.

Il a aussi souligné qu’il était essentiel d’éviter « toute attitude escalatoire, notamment au Liban », a rapporté la présidence française, ajoutant que Paris continuerait de « passer ces messages à tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans la zone ».

L’Elysée n’a pas précisé si cet entretien s’est déroulé avant ou après la mort dans la soirée du numéro deux du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas, Saleh al-Arouri, dans une frappe près de la capitale libanaise Beyrouth.

Des sources sécuritaires palestiniennes et libanaises ont déclaré qu’il s’agissait d’une attaque au drone menée par Israël, qui n’a ni confirmé ni infirmé son implication dans l’assassinat de Saleh al-Arouri.

Le site d’une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l’explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)

Emmanuel Macron a déclaré par ailleurs à Benny Gantz, membre du gouvernement de guerre mis sur pied par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, que les commentaires sur un déplacement forcé des Gazaouis n’étaient « pas acceptables », alors que plusieurs ministres israéliens ont dit récemment être favorables à un exil des Palestiniens hors de la bande de Gaza.

De tels commentaires « contredisent la solution des deux États qui constitue la seule solution viable d’un retour à la paix et à la sécurité pour tous », a dit Emmanuel Macron à Benny Gantz, selon les propos rapportés par la présidence française.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.