Mémorial de la Shoah: le Mur des Noms des déportés va être entièrement rénové
Rechercher

Mémorial de la Shoah: le Mur des Noms des déportés va être entièrement rénové

Les travaux débutent au lendemain de la lecture des noms des déportés juifs de France, une lecture publique et ininterrompue de 24h ayant débuté mercredi soir et s'achevant jeudi

Le mémorial de la Shoah de Paris, le 22 avril 2019 (Crédit : Stéphanie Bitan/ Times of Israël)
Le mémorial de la Shoah de Paris, le 22 avril 2019 (Crédit : Stéphanie Bitan/ Times of Israël)

Le Mur des Noms des 76 000 Juifs déportés de France, placé à l’entrée du Mémorial de la Shoah à Paris, va être rénové à partir de vendredi, permettant l’ajout de nouveaux noms, de dates de naissance et des corrections orthographiques.

Inauguré en 2005 par Jacques Chirac et Simone Veil, ce Mur, composé de trois pans en pierre de Jérusalem, comporte les noms et années de naissance de près de 76 000 Juifs, déportés depuis mars 1942 jusqu’à mi-août 1944 par les nazis avec la collaboration du gouvernement de Vichy.

« A partir de vendredi, les dalles seront toutes déposées. Tous les noms vont ensuite être gravés en atelier, sur de nouvelles pierres, à nouveau des pierres de Jérusalem, en provenance du Proche Orient. Cette rénovation, qui va durer jusqu’à janvier, va permettre d’ajouter 175 noms manquants, 1 498 dates de naissance et de modifier l’orthographe de 1 823 noms, de 1 097 prénoms », a expliqué à l’AFP Jacques Fredj, directeur du Mémorial.

Ces corrections sont parfois dues au fait que « certaines personnes ont été déportées sous des noms d’emprunt ou avaient francisé leur prénom », a-t-il ajouté, précisant qu’il « manquait aussi beaucoup de dates de naissance ». Elles ont été permises « grâce aux familles et aux archives nouvellement accessibles », selon le Mémorial.

Le Mur des Noms du mémorial de la Shoah à Paris, le 22 avril 2019 (Crédit : Stéphanie Bitan/ Times of Israël)

Jusqu’ici les corrections étaient apposées directement à côté du nom, ou sur une plaque vierge laissée à cet effet.

Les travaux sont financés par 190 000 euros de dons récoltés par une première campagne de financement participatif et par les sommes qui seront issues d’une deuxième campagne en cours.

Plus qu’ « une pierre tombale, ce Mur est aussi devenu un outil pédagogique, quand on veut comprendre ce qu’est un génocide », a souligné M. Fredj.

Les travaux débutent au lendemain de la « lecture des noms » des déportés juifs de France, qui a lieu chaque année dans le cadre des commémorations de Yom HaShoah (journée mondiale à la mémoire des victimes de la Shoah), une lecture publique et ininterrompue de 24 heures qui a commencé mercredi soir et s’achève ce jeudi.

Selon M. Fredj, le nouveau Mur sera « inauguré le 27 janvier 2020 », le 27 janvier étant la journée internationale à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...