Sapir Berman, première arbitre de football transgenre israélienne
Rechercher

Sapir Berman, première arbitre de football transgenre israélienne

L'arbitre, âgée de 26 ans, qui était connue sous le nom de Sagi, dit se considérer comme femme depuis longtemps mais qu'elle craignait de ne pas être acceptée par la société

Sapir Berman, arbitre en Ligue 1 israélienne de football et connue auparavant sous le nom de Sagi Bermen, lors d'une conférence de presse, le 27 avril 2021. (Capture d'écran/Twitter)
Sapir Berman, arbitre en Ligue 1 israélienne de football et connue auparavant sous le nom de Sagi Bermen, lors d'une conférence de presse, le 27 avril 2021. (Capture d'écran/Twitter)

Un arbitre célèbre de foot, qui intervient en Ligue 1 israélienne, a fait son coming-out en révélant sa transidentité lors d’une conférence de presse qui a eu lieu mardi.

Sagi Berman a déclaré aux journalistes qu’elle s’identifiait dorénavant à une femme et qu’elle s’appelait désormais Sapir.

« Je me suis toujours considéré comme une femme, depuis que je suis très jeune. Tout d’abord, je n’ai pas su comment nommer ce sentiment, je ne savais pas quel mot utiliser pour le décrire mais je me suis toujours sentie attirée par le côté féminin des choses, je ressentais une sorte d’envie à l’égard des autres femmes et je vivais avec – j’ai vécu avec tout en projetant un personnage très masculin », a expliqué Berman qui a 26 ans.

« J’ai réussi en tant qu’homme. Que ce soit au sein de l’association des arbitres, à l’école ou même avec les femmes. Pour ma famille, j’étais aussi un homme mais quand j’étais seule, j’étais une femme », a-t-elle continué. « J’ai divisé ces mondes parce que j’ai compris que la société ne m’accepterait pas, qu’elle ne serait pas de mon côté. Et j’ai donc continué à vivre de la même façon pendant 26 ans. »

Berman a ensuite expliqué pourquoi elle avait décidé de faire son coming-out.

« Finalement, j’ai décidé de faire mon coming-out, de montrer au monde qui je suis. D’abord pour moi, pour mon bien-être, mais aussi pour ceux que j’aime, pour qu’ils ne me voient plus souffrir », a-t-elle dit.

« Je n’ai pas voulu qu’ils voient ma souffrance mais, dans les jours qui ont précédé cette révélation et au cours aussi des derniers mois, je n’ai pas été moi-même totalement », a-t-elle poursuivi. « Et me voilà aujourd’hui. Sûre de moi, confiante dans le fait que j’ai pris la bonne décision, qu’on me soutient très largement. J’espère sincèrement que notre société va s’améliorer et qu’elle sera aussi bonne et inclusive que possible pour tous les secteurs et pour tous les genres ».

Interrogée sur ce qu’elle attendait des réactions à sa transition, Berman a dit être habituée au harcèlement des supporters sur le terrain, et avoir fréquemment entendu des remarques sexistes, mais que cela ne l’intimidait pas.

Berman est l’une des plus éminentes arbitres de la Ligue. Elle a toutefois été reléguée à des rôles de remplaçante pendant la durée de son traitement hormonal au cours des dernières semaines,

Le mois dernier, certaines informations parues dans les médias avaient révélé que l’un des arbitres de la Ligue 1 était en train de faire sa transition, sans révéler son identité.

L’Association israélienne de football a exprimé son soutien à Berman et elle consulterait d’ores et déjà l’UEFA (Union of European Football Associations) et la FIFA sur la manière d’accueillir au mieux les arbitres transgenres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...