Rechercher

Second tour : combien de votes « insoumis » pour Marine Le Pen ?

Souverainistes, protectionnistes, voulant limiter les flux migratoires, populistes : les ponts idéologiques entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen laissent entrevoir un important transfert de voix

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (Crédit : AFP / Pool / Eliot Blondet)
Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (Crédit : AFP / Pool / Eliot Blondet)

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a estimé mardi que « beaucoup d’électeurs » de Jean-Luc Mélenchon pouvaient voter pour Marine Le Pen, jugeant qu’il y avait une « cohérence » dans son absence de consigne pour le second tour de la présidentielle.

Interrogé sur l’absence de prise de position du candidat de la France insoumise, M. Philippot a jugé sur Franceinfo qu’il y avait « une espèce de cohérence quand même dans ce qu’il dit ».

« Parmi ses électeurs, beaucoup refuseraient de toutes façons de voter pour (Emmanuel) Macron et beaucoup peuvent voter pour nous », a-t-il affirmé, invoquant notamment la volonté d’abroger la loi travail ou de combattre « le poids de la finance », et estimant que beaucoup de Français n’accepteront pas de voter pour Emmanuel Macron, « un ministre ultralibéral de Hollande ».

Sur RMC, le 25 avril au matin, Raquel Garrido, porte-parole du candidat des Insoumis, a été confrontée à deux auditrices qui, ayant voté Mélenchon au premier tour, ont décidé de voter Marine Le Pen au second. Tout en justifiant la décision de Jean-Luc Mélenchon de refuser de donner une consigne de vote, Garrido a expliqué qu’elle voterait, et « que ce ne serait pas pour le Front national ».

Marion Maréchal-Le Pen a opposé mardi « la vision de la société » proposée par le FN à « celle de Jean-Luc Mélenchon », malgré les appels de son parti aux électeurs de La France insoumise.

Visuel émanant de militants FN comparant le programme de Marine Le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon afin d'inciter les Insoumis à voter FN (Crédit capture d'écran)
Visuel émanant de militants FN comparant le programme de Marine Le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon afin d’inciter les Insoumis à voter FN (Crédit capture d’écran)

« La vision de la société que nous proposons n’a rien à voir avec celle de Jean-Luc Mélenchon », a affirmé la nièce de Marine Le Pen dans un entretien à l’hebdomadaire Famille chrétienne.

La députée Front national a reconnu que son parti partageait avec Jean-Luc Mélenchon l’idée d' »une économie protégée » et la lutte « contre la financiarisation ». Mais elle a accusé le candidat de La France insoumise d’être « le chantre de l’immigration » : « Avec lui, c’est le triomphe du laxisme et du multiculturalisme », a fustigé Mme Maréchal-Le Pen.

M. Philippot a également récusé tout discours anxiogène de la candidate FN et considéré que le qualificatif d’extrême-droite était une « insulte », en affirmant : « on dit la vérité, mais on ne joue pas sur les peurs, contrairement à d’autres ».

« Le candidat en face, qui soi disant se targue d’être dans la bienveillance, chaque fois qu’il parle, c’est pour dénigrer l’adversaire », avec « un enchaînement de phrases creuses » et « un projet qui va déréguler massivement », qui ne permettra pas de « remettre la France sur ses pieds », a-t-il affirmé au sujet de M. Macron.

Le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline, s’est dit lui aussi convaincu sur Public Sénat/Sud Radio que la candidate FN avait des réserves de voix « très importantes » pour le second tour, « pas seulement » à droite.

« Nous tendons la main à tous les électeurs patriotes de ce pays, et je sais qu’il y en a chez beaucoup d’électeurs du premier tour, qui se sont portés sur un candidat qui est aujourd’hui éliminé », a-t-il poursuivi.

Il a notamment cité « les personnes qui ont voté pour M. Mélenchon et qui considèrent que l’Union européenne dans sa forme actuelle prend la mauvaise direction, qui considèrent que les reculs des services publics sont inacceptables ».

Le sénateur-maire de Fréjus a par ailleurs annoncé que suite à la loi sur le non-cumul des mandats, il avait décidé de rester maire, « le choix du coeur ».

Pour sa part Jean-Marie Le Pen a ainsi commenté la décision de Jean-Luc Mélenchon de refuser de donner une consigne de vote:

« Il est très correct. Ça me parait très digne de la part d’un candidat qui a fait une percée remarquable et qui était, sur le plan oratoire, le meilleur ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...