Des scientifiques israéliens utilisent des pinces pour avaler les bactéries
Rechercher

Des scientifiques israéliens utilisent des pinces pour avaler les bactéries

Les créateurs prédisent que les gens prendront des pilules contenant des millions de ces molécules, capables de briser les défenses que les germes construisent autour d'eux-mêmes

Bactéries résistantes aux antibiotiques à l'intérieur d'un biofilm. (Dr_Microbe via iStock by Getty Images)
Bactéries résistantes aux antibiotiques à l'intérieur d'un biofilm. (Dr_Microbe via iStock by Getty Images)

Des scientifiques israéliens ont mis au point de minuscules « pinces » capables de briser les défenses que les bactéries construisent pour résister au système immunitaire humain.

Pour rester en vie et se reproduire chez l’homme, les bactéries construisent des biofilms – des boucliers pour se protéger contre le système immunitaire qui est programmé pour tenter de les détruire.

Cette protection permet à de nombreuses bactéries responsables d’infections de survivre. C’est également le mécanisme que les bactéries utilisent pour vivre dans nos bouches – une partie de la plaque dentaire est un biofilm qui permet aux bactéries de survivre en dessous malgré le brossage des dents. Les biofilms sont également cultivés par les bactéries dans les plantes, les animaux et d’autres environnements.

Des chercheurs de l’université Ben Gurion du Néguev, avec des collaborateurs américains et allemands, affirment maintenant avoir construit des « pinces moléculaires » qui déchirent le biofilm, brisant ainsi les défenses construites par les bactéries.

Le professeur Raz Jelinek (à gauche) et le docteur Ravit Malishev, du département de chimie de l’université Ben Gurion, tenant une coupelle de leurs pinces microscopiques et une paire de pinces ordinaires. (Dani Machlis/Université Ben Gurion)

« Les pinces sont comme les pinces à épiler de chez vous, mais un million de fois plus petites, et au lieu d’arracher les poils, elles attaquent les fibres du biofilm de la bactérie », a déclaré au Times of Israel le professeur Raz Jelinek, du département de chimie de Ben Gurion. « En faisant cela, elles brisent le biofilm, le rendant plus vulnérable aux défenses immunitaires humaines et aux substances externes utilisées contre les bactéries, comme les antibiotiques. »

Avec sa doctorante Ravit Malishev, il a testé les pinces, fabriquées à partir de petites molécules organiques, dans une expérience de laboratoire in vitro sur des bactéries Staphylococcus aureus (staphylocoques). L’étude a fait l’objet d’un article récemment publié dans la revue Cell Chemical Biology.

Jelinek a déclaré que les pinces ont réussi à percer plus de 80 % des biofilms sur lesquels elles ont été testées.

Il a fait remarquer que la lutte contre les infections à staphylocoques pourrait sauver de nombreuses vies, car leur taux de mortalité est estimé à plus de 25 % aux États-Unis, et jusqu’à 40 % pour les souches résistantes aux médicaments.

Si d’autres tests s’avèrent concluants, Jelinek a déclaré que les pinces pourraient être conditionnées dans des pilules. Ces pilules libéreraient les pinces une fois dans l’organisme. « Il suffirait d’avaler une pilule contenant des millions de jeux de ces pinces moléculaires, qui chercheraient les biofilms et les briseraient. »

Cela pourrait alors permettre au système immunitaire d’éliminer plus facilement les bactéries pathogènes et aux médicaments de s’attaquer plus efficacement aux envahisseurs.

Les pinces moléculaires, des molécules programmées avec une fonction de saisie, ne sont pas une nouvelle invention. Elles se sont révélées prometteuses dans l’inhibition de diverses substances nocives, notamment des protéines qui seraient à l’origine de la maladie d’Alzheimer, et sont utilisées dans des médicaments en cours de développement.

« Nous n’avons pas inventé les pinces moléculaires. La nouveauté ici est que nous avons montré qu’elles peuvent être utilisées comme une substance antibactérienne », a déclaré Jelinek.

Il a ajouté que la possibilité de permettre au système immunitaire de mieux faire son travail pourrait réduire la dépendance aux antibiotiques et les problèmes qui en découlent. « Ce qui est important dans la création d’antibactériens qui s’attaquent au biofilm plutôt qu’aux bactéries, c’est qu’ils éliminent le risque que les bactéries développent une résistance aux antibiotiques, car elles ne sont pas directement attaquées », a-t-il déclaré.

« Grâce à cela, nous utilisons une très bonne stratégie en termes de lutte contre la résistance aux antibiotiques ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...