Rivlin plaide pour l’unité nationale face aux propos incendiaires de Netanyahu
Rechercher

Rivlin plaide pour l’unité nationale face aux propos incendiaires de Netanyahu

Alors que le Premier ministre est critiqué sa diabolisation de la communauté arabe en vue de se faire réélire, le président souligne la solidarité et l'égalité des droits en Israël

Le Président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie en l'honneur des soldats israéliens morts au combat au cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem, le 14 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie en l'honneur des soldats israéliens morts au combat au cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem, le 14 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le Président Reuven Rivlin a lancé jeudi un nouvel appel à l’unité nationale dans un contexte de campagne électorale de plus en plus incendiaire.

« Ce sont des jours agités pour Israël. Le discours devient de plus en plus extrême et les frontières s’estompent », a déclaré M. Rivlin lors d’une cérémonie pour les soldats de Tsahal tombés au combat au cimetière militaire du mont Herzl.

« Mais même dans des moments comme celui-ci, nous ne devons pas oublier que dans les tranchées et dans l’attente de la bataille, nous nous trouvons les uns à côté des autres », a dit Rivlin. « Côte à côte, de gauche et de droite, Juifs et non-Juifs ».

« Ici, les désaccords sont réduits au silence », a-t-il dit. « C’est ainsi que nos êtres chers se sont battus. C’est comme ça qu’ils sont tombés au nom de l’Etat. »

Dans son discours, M. Rivlin a également déclaré qu’Israël avait l’obligation morale d’assurer la restitution des corps des soldats de Tsahal détenus par le Hamas dans la bande de Gaza.

« Il y a une vérité absolue : c’est le devoir de notre État et de nos dirigeants de tout faire pour nos soldats qui ne sont jamais revenus de la bataille. C’est une obligation morale de premier ordre. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du lancement de la campagne électorale de son parti le Likud à Ramat Gan, le 4 mars 2019. (Aharon Krohn/Flash90)

Rivlin a tenu ces propos quelques jours après avoir semblé critiquer publiquement le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les membres de son parti, le Likud, qui ont accusé à plusieurs reprises leurs rivaux de centre gauche de vouloir compter sur les partis arabes dans leur future coalition gouvernementale.

Lors d’une conférence de paix qui s’est tenue à l’Université hébraïque de Jérusalem, Rivlin a condamné lundi les « remarques tout à fait inacceptables » de certains politiciens à propos des Arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...