La très grande majorité des roquettes tirées par le Hamas contre Israël était des engins artisanaux détournant des tubes à usage civil ou des produits agricoles entrés clandestinement dans la bande de Gaza, a affirmé jeudi un haut responsable militaire israélien.

Au cours des affrontements, le Hamas a tiré environ 3 300 roquettes en direction d’Israël dont plus de 500 ont été interceptées par un système de défense anti-missiles, selon les autorités israéliennes.

Or « la très grande majorité (des roquettes) lancées étaient de fabrication artisanale, une petite minorité seulement était des Fajr-5 iraniens », a dit à des journalistes ce responsable s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

Les concepteurs de ces roquettes artisanales se servent de conduites d’eau de différentes tailles (15 ou 30 cm de diamètre) qu’ils coupent et remplissent d’explosifs confectionnés à l’aide de produits chimiques comme des mélanges agricoles, a-t-il encore expliqué.

Le Hamas a ainsi pallié la difficulté de plus en plus grande à faire entrer en contrebande des roquettes ou des munitions dans la bande de Gaza grâce à des tunnels creusés dans le secteur de Rafah (sud de l’enclave), près de la frontière avec l’Egypte, a-t-il dit, alors qu’avec son opération « Bordure protectrice », Israël a affirmé avoir détruit « tous les tunnels repérés ».

Des instructeurs venus de l’extérieur ont formé les combattants islamistes dont certains auraient également été envoyés en Iran, a poursuivi le responsable. Selon lui, quelque 150 personnes étaient directement impliquées dans la fabrication de ces armes artisanales.