Les émeutiers ont lancé des pierres et attaqué une station-service à proximité de la ligne de séparation entre les parties Est et Ouest de Jérusalem dimanche soir, alors que la capitale a vécu la pire vague de violence depuis l’assassinat d’un adolescent de Jérusalem Est en juin.

Les émeutiers en colère – après la mort dimanche d’un adolescent de Jérusalem Est [celui-ci a succombé aux blessures subies une semaine plus tôt après que la police israélienne ait tiré lors d’une émeute] – ont pillé et jeté des cocktails Molotov sur une station d’essence dans le quartier de Givat Tsarfatit.

Personne n’a été blessé dans l’attaque de la station d’essence, mais de graves dommages ont été infligés à la boutique et à la station après qu’elle ait été incendiée. Personne n’a été arrêté, selon la radio israélienne.

Des hommes masqués ont également lancé des pierres sur les tramways dans le quartier de Shuafat situé à proximité. Aucun dommage n’a été causé à la gare et personne n’a été blessé. Des pierres ont également été lancées sur les voitures et sur les agents de police dans Issawiya et A-Tur. Deux conducteurs ont été légèrement blessés dans les attaques.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a condamné les émeutes et appelé à une réponse musclée. Il a ajouté qu’il était en communication avec le chef de la police locale et que la mairie était prête à donner un coup de main si nécessaire pour réprimer la violence.

Les autorités et la famille de Muhammad Abd Al-Majid Sunuqrut, 16 ans, sont en désaccord sur ce qui a causé ses blessures mortelles après que la police ait tiré sur lui lors de l’émeute de dimanche dernier.

Sunuqrut, du quartier de Wadi Joz, a succombé à ses blessures à l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, où il était soigné.

La famille de Sunuqrut a fait savoir qu’il avait été abattu par une balle de caoutchouc à bout portant dans la tête. Cependant, la police a rejeté cette accusation, déclarant qu’il a été blessé à la jambe, qu’il est tombé et que sa tête a frappé contre le sol.