Un rapport du gouvernement sur les dépenses militaires qui appelle à des réformes globales et à certaines grandes mesures d’austérité dans l’armée israélienne sera publié mardi, et fait déjà face à un feu nourri de hauts gradés.
 
La commission Locker, dirigée par le général (de réserve) Yohanan Locker, devrait recommander que l’armée licencie des milliers d’officiers de carrière, réduise considérablement les retraites notoirement généreuses et réduise le temps de service obligatoire pour les hommes à 24 mois (depuis peu de 32 mois, après avoir été longtemps de 36 mois auparavant).

Elle recommandera également un budget annuel fixe de 59 milliards de shekels (14 milliards d’euros) pour les cinq prochaines années – le budget de la défense croît traditionnellement de plusieurs milliards de shekels chaque année, avec des dépassements au-delà du budget officiel – et appelera à une surveillance plus étroite de la division sur le personnel, selon certaines sources.

Le rapport, qui a été soumis au Premier ministre Benjamin Netanyahu il y a deux semaines, a suscité une réaction furieuse de responsables militaires, qui préviennent que la mise en œuvre de ses recommandations risque de nuire aux capacités de l’armée israélienne et de dissuader des personnes talentueuses et prometteuses de faire carrière dans l’armée.

Un fonctionnaire anonyme a qualifié le rapport de « balle entre les yeux de l’armée israélienne » et de plan « adapté à la Suisse, » pas à Israël.

L’armée a quant à elle mis en place son propre plan de réorganisation, qu’elle présente comme une alternative aux suggestions du Rapport Locker.

Appelé le plan « Gideon », il maintiendrait les retraites des militaires de carrière, avec certaines réformes ; des coupes dans le personnel de réserve de l’armée, une réduction du personnel de 6 %, la relégation de certains emplois vers le secteur civil et plusieurs réformes structurelles dans les unités de combat.