2 randonneurs israéliens enlevés par un cartel de la drogue en Colombie
Rechercher

2 randonneurs israéliens enlevés par un cartel de la drogue en Colombie

Détenus pendant sept heures, les deux hommes ont été libérés après que leur guide a convaincu les ravisseurs qu'ils ne pouvaient payer une rançon de 1,7 million de dollars

Omer Yefet, l'un des deux Israéliens détenus par un cartel colombien pendant plusieurs heures alors qu'ils visitaient le pays d'Amérique du Sud, raconte à la Dixième chaîne son calvaire, le 23 mai 2018. (Capture d'écran Dixième chaîne)
Omer Yefet, l'un des deux Israéliens détenus par un cartel colombien pendant plusieurs heures alors qu'ils visitaient le pays d'Amérique du Sud, raconte à la Dixième chaîne son calvaire, le 23 mai 2018. (Capture d'écran Dixième chaîne)

Deux randonneurs israéliens lors d’un voyage post-armées en Colombie ont été kidnappés et détenus pendant plusieurs heures par un cartel de la drogue avant d’être relâchés parce qu’avec seulement 85 dollars en poche, ils ne pouvaient pas payer la rançon de 1,7 million de dollars.

Omer Yefet et Gal-El Yaakov, tous deux âgés de 22 ans, venaient de terminer une visite organisée des champs légaux de marijuana dans une jungle située près de la ville de Cali lorsqu’ils ont été enlevés et détenus pendant sept heures par 15 hommes, la plupart étant armés d’armes de fabrication israélienne.

La guide est restée en détention et les deux hommes n’ont pas été en mesure de savoir où elle se trouvait.

« C’était comme une scène de la série télévisée ‘Narcos’ « , a déclaré Yefet à la Dixième chaîne d’information, en s’exprimant depuis la Colombie. « Je ne réalise pas encore, c’est une histoire de folie. Mais c’est arrivé. Comme dans les films. »

Interrogé sur le pire moment de l’épreuve, Yefet a dit que peu avant leur libération, « nous étions tous assis ensemble dans un véhicule, et l’un des miliciens armés est venu vers nous avec une mitrailleuse Uzi autour du cou. Il m’a dit : « Sortez [du véhicule] et venez avec moi », et m’a mis, tout seul, dans la voiture du grand patron. À ce moment-là, le scénario qui m’a traversé l’esprit était qu’ils me garderaient et libéreraient tout le monde. »

« Je suis resté assis là pendant sept minutes et je ne savais pas ce qui se passait. »

Les deux Israéliens – qui se sont rencontrés pour la première fois pendant la randonnée – ont été libérés grâce à l’intervention de leur guide, Monica, qui a dit aux ravisseurs que les garçons étaient jeunes et n’avaient pas d’argent.

Champs de marijuana en Colombie. (Capture d’écran YouTube)

Le chef du cartel, selon Yefet, voulait 500 millions de pesos (17 millions de dollars) qui, selon lui, lui étaient dus par l’agence de voyages qui employait Monica.

« Monica a dit que cela ne valait même pas la peine de lui offrir les 300 pesos (85 dollars) que nous avions », a dit M. Yefet.

« Monica a fait tout ce qu’elle a pu pour s’assurer que tout allait bien et nous a défendus en permanence. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, à mon grand regret. J’ai essayé de vérifier avec le voyagiste.

« Ce n’est pas un contexte où l’on peut demander quelque chose, après sept heures de détention. Nous venons de partir et Monica m’a dit avec un sourire, calmement : « Je connais des gens qui peuvent me sortir d’ici, tout va bien ».

Les deux touristes n’ont pas été blessés. « Ils ne nous ont pas visé, ni pris quoi que ce soit. »

Yefet, qui a écrit un récit complet de son épreuve dans un message sur Facebook, et a souligné qu’il ne fume pas lui-même de marijuana, continue son voyage en Amérique du Sud et prévoit de rentrer en Israël dans environ deux mois.

« Peut-être que je quitterai la Colombie un peu plus tôt que prévu, a-t-il dit. « Il y a d’autres endroits dangereux où les gens voyagent. Je serai certainement plus prudent. Cela peut se produire n’importe où. Il faut beaucoup de chance. »

Cette photo prise le 26 septembre 2016, montre le président colombien Juan Manuel Santos, à gauche, regardant le leader des FARC, Rodrigo Londono – mieux connu par son nom de guerre, Timoleon « Timochenko » Jimenez – se lève et fait un geste lors de la signature de l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), à Carthagène, en Colombie. (Luis Acosta/AFP)

La Colombie est devenue une destination populaire pour les soldats israéliens démobilisés depuis que les guérilleros marxistes ont déposé leurs armes et signé un accord de paix avec le gouvernement à Bogota et depuis que le pays a légalisé la culture médicale du cannabis et décriminalisé la culture personnelle à petite échelle et l’usage festif de la drogue.

Mais quelques gangs sont encore actifs dans certaines zones, dont les montagnes autour de Cali, vivant de l’argent pris aux hommes d’affaires et aux étrangers, y compris les touristes.

Dans son article sur Facebook, Yefet a écrit qu’il avait appris deux leçons – partir avec de plus grands groupes lors de telles tournées et vérifier plus soigneusement les agences de voyages. « Soyez toujours prudent et conscient », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...