22 ans plus tard, la réforme « historique » du secteur de l’électricité, approuvée
Rechercher

22 ans plus tard, la réforme « historique » du secteur de l’électricité, approuvée

La réforme, étalée sur 10 ans et dotée d'un budget de 7,1 milliards de shekels, vise à augmenter la concurrence et à rationaliser la compagnie d'électricité d'Israël

Un travailleur de la compagnie d'électricité israélienne (Crédit : Roni Schutzer/Flash 90)
Un travailleur de la compagnie d'électricité israélienne (Crédit : Roni Schutzer/Flash 90)

Mercredi soir, la Knesset a approuvé en dernière lecture une réforme à 7,1 milliards de shekels du secteur de l’électricité du pays. Saluée comme historique, la réforme vise à augmenter la concurrence et à transformer l’acteur principal du marché de l’électricité en une entreprise plus efficace et plus rationalisée.

La réforme a été votée avec 42 voix pour et 4 contre.

A la fin du processus de la réforme, qui devrait s’étaler sur une période de 10 ans, l’Entreprise d’Electricité d’Israël (EEI) ne produira plus que 30 % de l’électricité du pays, à comparer aux 70 % actuellement.

La plus grande partie de la production passera aux mains de producteurs privés, a déclaré la Knesset dans un communiqué.

La réforme permettra aussi de diminuer de 25 % la main d’œuvre du secteur au cours des huit prochaines années. 1 800 employés prendront leur retraite anticipée, en plus des 1 000 employés qui sont déjà partis ces deux dernières années, a déclaré le ministère de Finances dans un communiqué.

1 000 employés supplémentaires seront licenciés ou mis à la retraite, selon le communiqué. D’autres seront réaffectés à différents rôles au sein de nouveaux organes du gouvernement qui seront créés dans le cadre de la réforme. A terme, environ 2 200 employés auront quitté le secteur, et l’EEI sera composée de 6 400 employés, a précisé le ministère.

« Il s’agit de la réforme la plus importante de ces dernières décennies. Elle aura un effet positif sur le porte-monnaie de chaque citoyen en Israël, a déclaré le député Eitan Cabel, président de la commission économique, dans une communiqué, qualifiant la réforme – qui a pris 22 ans à aboutir – « d’historique ».

Dans le cadre de la réforme, l’EEI vendra, au cours des cinq prochaines années, plusieurs centrales de production d’électricité – à Eshkol, Reading, Alon Tavor, Ramat Hovav et la partie est du site d’Hagit – à d’autres acteurs afin d’accroître la concurrence dans l’approvisionnement de l’électricité.

L’entreprise construira aussi deux nouvelles turbines d’électricité à cycle combiné qui fonctionneront au gaz naturel.

« La grande réforme [d’Israël] est lancée », a déclaré Avi Nissenkorn, le chef du syndicat de la Histadrout dans un communiqué. Elle « protège la force financière de l’entreprise tout en garantissant les droits des travailleurs ».

L’EEI va libérer 16 propriétés situées dans des zones à forte demande, qui pourront être réaffectées pour des logements, de commerces ou des parcs, expliquait le communiqué de la Knesset. La réforme va également inclure des mesures incitatives pour que l’entreprise libère 100 autres propriétés supplémentaires.

Le ministère de l’Energie fournira un rapport sur l’avancement de la réforme chaque année au 31 janvier, selon le communiqué de la Knesset.

Il a fallu des décennies pour réaliser cette réforme, car elle était bloquée par les demandes des syndicats concernant l’avenir des employés. Elle vise à casser la situation de quasi monopole de l’entreprise d’électricité sur la production et l’approvisionnement de l’électricité. Un accord entre le ministère des Finances et les employés, qui a été obtenu en décembre 2017, a ouvert la porte à son approbation.

« La réforme assurera la concurrence, permettra d’augmenter fortement les investissements dans le secteur de l’électricité afin de garantir la fiabilité de l’approvisionnement, et de régler la question du monopole vertical de l’EEI », a déclaré Shai Babad, le directeur général du ministère des Finances. L’EEI deviendra beaucoup plus efficace et aura « une dette beaucoup plus petite », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...