25 dirigeants juifs américains annoncent leur soutien à l’accord iranien
Rechercher

25 dirigeants juifs américains annoncent leur soutien à l’accord iranien

La publicité du New York Times incite le Congrès à soutenir l’accord tout en exprimant des préoccupations sur l’anti-sémitisme de Téhéran et son soutien à la terreur

Le président américain Barack Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn au Palais national à Addis-Abeba le 27 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le président américain Barack Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn au Palais national à Addis-Abeba le 27 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

WASHINGTON — Il y a eu des lettres signées par des généraux, des rabbins, des célébrités d’Hollywood, et maintenant, jeudi matin, une publicité dans le New York Times signée par la crème « d’anciens » responsables juifs ; 25 membres de groupes importants de la communauté juive américaine ont exprimé leur soutien à l’accord sur le nucléaire.

Le célèbre journal a accordé une page entière à la publicité, sponsorisée par un groupe appelé « Pas de Nucléaire pour l’Iran », qui incite le Congrès à soutenir le Plan d’Action Commun (PAC), un accord entre Téhéran et les six puissances mondiales pour contrôler le programme nucléaire de l’Iran en échange d’une levée des sanctions internationales.

Le temps presse pour l’administration Obama afin de rassembler assez soutien de membres du Congrès pour garantir un véto présidentiel sur ce que l’on s’attend être un vote de désapprobation du Congrès sur l’accord nucléaire controversé.

La publicité notait que beaucoup des signataires ont « consacré des décennies à construire et à améliorer la sécurité d’Israël et à renforcer l’alliance entre les Etats-Unis et Israël », une déclaration visant à contrer les affirmations par certains de la droite américaine qu’aucun soutien d’Israël ne pourrait accepter l’accord, contre lequel les dirigeants israéliens de droite comme de gauche s’opposent fermement.

La publicité commence par une citation de l’ancien commander de la Marine israélienne et chef du Shin Bet Ami Ayalon, qui a déclaré que « lorsqu’il s’agit de la capacité nucléaire de l’Iran, cet [accord] est la meilleure option », parmi celles véritablement disponibles à la communauté internationale.

« Nous sommes d’accord avec l’Amiral Ayalon et les experts militaies, scientifiques et en renseignement israéliens qui partagent ce point de vue », ont écrit les signataires.

« Chacun de nous a consacré des décennies à construire, à améliorer la sécurité d’Israël et à renforcer l’alliance entre les Etats-Unis et Israël. Notre engagement vers Israël est éternel ».

Les signataires ont noté qu’ils « restent profondément préoccupés que l’Iran reste inflexiblement antisémite et continue à être un état soutenant le terrorisme », mais a ajouté qu’ « un Iran avec des armes nucléaires serait bien plus dangereux. S’il n’est parfait, cet accord est la meilleure option disponible pour arrêter le programme d’armes nucléaires ».

Ils ont conclu en « invitant fortement le Congrès à soutenir l’accord avec l’Iran ».
Le Congrès est au milieu de la période de révision de 60 jours de l’accord qui a été signé entre l’Iran et les puissances P5+1 le mois dernier.

Les dirigeants républicains du Congrès feront voter l’assemblée sur une résolution de désapprobation qui, si elle est acceptée, pourrait forcer les Etats-Unis à retirer certaines des obligations de levée des sanctions prévues par l’accord.

L’administration cherche à s’assurer d’un nombre suffisant de soutiens démocrates pour garantir un veto présidentiel de la résolution, que le Congrès ne peut outrepasser qu’avec deux tiers des votes dans les deux chambres. La bataille pour des votes individuels au Sénat s’est avérée être l’une des questions politiques clefs du second mandat de Barack Obama.

Les deux parties ont fait pression et cajolé les législateurs indécis.

Certains signataires de la déclaration sont d’anciens chefs d’organisations qui se sont prononcées contre l’accord controversé, y compris l’ancien directeur exécutif de l’AIPAC Thomas Dine et d’anciens présidents du Comité Juif Américan E. Robert Goodkind, Robert S. Rifkind et l’ancien ambassadeur Alfred H. Moses.

La liste inclut deux anciens présidents de la Conférence des Présidents des Principales Organisations Juives Américaines, deux anciens membres juifs du Congrès et neuf dirigeants des Fédérations Juives d’Amérique du nord.

Les signataires ont souligné qu’ils signaient individuellement plutôt qu’en tant que représentants des organisations qu’ils dirigeaient auparavant.

Seulement deux signataires, S. Daniel Abraham, le président du centre éponyme S. Daniel Abraham pour la Paix au Moyen Orient, et le Président du Conseil Démocratique Nationale Juif, Greg Rosenbaum, occupent actuellement leurs fonctions de dirigeants.

La lettre de jeudi est la dernière d’une série de messages signés visant à montrer les hauts niveaux de soutien pour l’accord iranien dans des secteurs spécifiques.

Au cours de récentes semaines, des lettres publiques similaires ont été publiées en soutien à l’accord par des rabbins, des scientifiques proéminents, des officiers militaires à la retraite et des personnalités d’Hollywood.

Les deux lettres les plus récentes, celle de jeudi et la lettre du rabbin, qui a été publiée il y a trois jours, sont utilisées par les partisans de l’accord pour prouver que la communauté juive américaine est loin d’être opposée, dans son ensemble, à l’accord nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...