3 jeunes enfants meurent asphyxiés, piégés dans l’incendie de leur domicile
Rechercher

3 jeunes enfants meurent asphyxiés, piégés dans l’incendie de leur domicile

La famille n'a pu sauver Abrar, 1 an, Khaled, 3 ans, et Lilah, 4 ans ; un responsable dit que les incendies à Hura sont fréquents en raison des "conditions de camp de réfugiés"

Khaled (3), Abrar (1) et Lilah (4) Abu Sbeit qui sont morts dans un incendie à leur domicile à Hura, le 4 mars 2020. (Autorisation)
Khaled (3), Abrar (1) et Lilah (4) Abu Sbeit qui sont morts dans un incendie à leur domicile à Hura, le 4 mars 2020. (Autorisation)

Trois jeunes enfants sont morts dans l’incendie de leur maison jeudi matin dans la ville bédouine de Hura, dans le sud d’Israël, suite à l’inhalation de fumée.

Les frères et sœurs de la famille Abu Sbeit – Abrar, 1 an, Khaled, 3 ans, et Lilah, 4 ans – ont apparemment été asphyxiés, certaines hypothèses suggérant que l’incendie aurait pu être déclenché par un chauffage au charbon pendant que les enfants dormaient.

Selon les membres de la famille, il a fallu dix minutes pour secourir les enfants.

Les pompiers et les services de secours israéliens ont déclaré qu’ils n’ont été appelés qu’après l’extinction de l’incendie.

La scène où trois jeunes enfants sont morts après l’incendie de leur maison à Hura, le 4 mars 2021. (Capture d’écran/Ynet)

Les enfants ont été amenés dans un centre médical local, puis transférés au centre médical Soroka de Beer Sheva. Les médecins de l’hôpital ont prononcé le décès des trois enfants.

Le responsable de la municipalité de Hura, Habis Al-Atauna, a déclaré au radiodiffuseur public Kan que les incendies étaient fréquents en hiver en raison de l’absence de services publics adéquats pour les foyers de la zone.

« Le père et la mère sont de jeunes parents, ils n’ont pas d’autres enfants, je crois. Leur situation est très difficile ». a déclaré Al-Atauna.

« Ce ne sont pas des maisons, ce sont des cabanes. Il n’y a pas d’infrastructures ni de routes. Il n’y a pas d’électricité organisée dans les maisons. Les gens vivent dans la localité depuis plus de 20 ans dans des conditions de camp de réfugiés. Ils ne bénéficient pas des services [de base] », a-t-il déclaré.

Selon les données de l’organisation pour la sécurité des enfants B’Terem, 52 enfants en moyenne sont hospitalisés chaque année à la suite de dommages causés par des appareils de chauffage. En 2010-2020, 15 enfants sont morts à cause de chauffages non sécurisés, dont quatre d’une intoxication au gaz, a rapporté la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...