3 soldats israéliens accusés de violences contre un Palestinien à Hébron
Rechercher

3 soldats israéliens accusés de violences contre un Palestinien à Hébron

Les allégations proférées à l'encontre des soldats se basent sur le témoignage d'un militaire de leur unité ainsi que sur une vidéo et des photographies de cet incident qui remonte à septembre

Un soldat israélien donne un coup de pied à un Palestinien pendant son arrestation à Hébron, en Cisjordanie, le 20 septembre 2016. (Crédit : AFP/Hazem Bader)
Un soldat israélien donne un coup de pied à un Palestinien pendant son arrestation à Hébron, en Cisjordanie, le 20 septembre 2016. (Crédit : AFP/Hazem Bader)

Trois soldats de l’armée israélienne ont été inculpés par un tribunal militaire jeudi, accusés d’avoir agressé un homme palestinien qui avait été arrêté, ont rapporté les médias hébreux.

L’enquête sur l’incident qui s’est déroulé dans la ville de Hébron a été ouverte au mois de septembre après que les soldats ont été filmés et photographiés donnant des coups de pieds et frappant l’homme à la tête, le maltraitant puis le clouant au sol avant son arrestation.

L’armée avait expliqué à l’époque que le Palestinien avait refusé un contrôle des soldats.

Néanmoins, la principale preuve qui a mené à l’acte d’accusation lancée contre les militaires ne se trouve ni dans la vidéo, ni dans les photos de l’incident mais plutôt dans un témoignage apporté à la police militaire par un soldat de leur unité.

Ce témoin a indiqué aux enquêteurs que les trois hommes avaient continué à frapper et à insulter l’homme arrêté et embarqué dans un véhicule de l’armée après son arrestation alors qu’il était menotté, selon des informations parues dans les médias hébreux.

Les procureurs militaires ont demandé que les soldats, qui ont été arrêtés la semaine dernière, soient placés en détention pour toute la durée du procès en raison de la gravité des accusations. Les magistrats devraient répondre dimanche à la demande du parquet.

Un communiqué issu de l’équipe de la défense a appelé à l’abandon des accusations proférées contre les trois hommes, dans la mesure où « l’inculpation se base sur le témoignage d’un soldat qui s’est rétracté sur ses affirmations erronées », et a fait savoir que les soldats avaient été en premier lieu agressés par l’homme palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...