5 suspects israéliens placés en détention préventive pour avoir battu un Arabe
Rechercher

5 suspects israéliens placés en détention préventive pour avoir battu un Arabe

La victime, Abed al-Kader Jamal, dit avoir eu de la chance de s’en sortir après ce qui semble être un acte de vengeance ; les Juifs qui l’ont protégé ont été eux aussi agressés

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Dimanche matin, le magistrat de la Cour de Rishon Lezion a placé en détention provisoire cinq Juifs israéliens qui ont été arrêtés. Ils auraient agressé et battu un homme arabe la semaine dernière dans la ville côtière de Netanya.

La police enquête sur l’incident, au cours duquel Abed al-Kader Jamal, de la ville arabe voisine de Qalansawe, a été attaqué par des dizaines de Juifs alors qu’il visitait la ville avec deux amis.

Dix autres personnes ont été interrogées sur l’attaque, mais ont par la suite été relâchées.

L’incident est survenu alors qu’une série d’attaques palestiniennes perpétrées contre des Israéliens juifs est à déplorer. Dans un élan de rage, des extrémistes juifs ont également organisé des manifestations bruyantes et agressé des Arabes dans différentes villes israéliennes jeudi dernier.

Les récits sont contradictoires quant au déroulement de l’attaque, au cours de laquelle Jamal a été poignardé à la jambe et frappé à plusieurs reprises avec des bâtons et des chaises. Il a exigé un traitement médical à l’hôpital Laniado de la ville.

Selon un reportage du quotidien Haaretz, l’incident à Netanya a débuté avec un affrontement dans un café local, qui a pris de l’ampleur lorsque des dizaines de Juifs ont rejoint la mêlée pour attaquer les trois hommes arabes.

Le site Ynet a rapporté qu’un groupe d’environ 30 Juifs avait organisé via les médias sociaux une rencontre dans la ville et cherchaient à attaquer des Arabes, se mettant d’accord sur les armes à apporter, à savoir un couteau, une hache, et une scie. Un couteau a été retrouvé plus tard dans une poubelle dans la région.

« Je ne suis pas d’où ils venaient, mais soudain, ils se sont mis à chanter ‘Mort aux Arabes’ », raconte Abed al-Kader Jamal, dont les deux amis ont réussi à s’échapper.

« Je ne pensais pas que ceci se produirait. C’est une honte que nous en soyons arrivés à une atmosphère aussi tendue. J’ai eu la chance de m’en être sorti vivant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...