A Buchenwald, des Allemands font de la luge dans d’anciennes fosses communes
Rechercher

A Buchenwald, des Allemands font de la luge dans d’anciennes fosses communes

Entre sa création en 1937 et sa libération en avril 1945 par ses propres prisonniers, quelque 56 000 personnes périrent à Buchenwald et plus de 20 000 à Dora

Des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald quelques jours après la libération. (Crédit : US Army, la défense de Visual Information Center des États-Unis, Image # HD-SN-99-02764, Wikimedia Commons)
Des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald quelques jours après la libération. (Crédit : US Army, la défense de Visual Information Center des États-Unis, Image # HD-SN-99-02764, Wikimedia Commons)

La direction du mémorial du camp nazi de Buchenwald a dénoncé jeudi le comportement de promeneurs qui vont y pratiquer des activités sportives ou faire de la luge dans d’anciennes fosses communes.

« Les activités sportives ici sont une violation du règlement et une atteinte à la paix des morts », a dénoncé la fondation des mémoriaux Mittelbau-Dora et Buchenwald, un camp de concentration situé dans la région allemande de Thuringe.

Des promeneurs s’y sont ainsi récemment adonnés à des activités sportives ou y ont fait de la luge, à proximité ou même dans d’anciennes fosses communes.

Le service de sécurité du camp et des cimetières alentour a ainsi été renforcé, a précisé la fondation.

« Le week-end, nous avions des masses de gens ici », a déclaré le directeur de la fondation, Jens-Christian Wagner à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

« Toutes les places de parking étaient occupées, non par les visiteurs du mémorial, mais par les amateurs de sports d’hiver », a-t-il expliqué, déplorant avoir découvert des traces de luge jusque « sur les tombes ».

D’autres vont y promener leur chien. Une femme a même été surprise en train d’y faire du sport avec une enceinte, selon le directeur. « Avec le temps, la sensibilité historique diminue », regrette-t-il.

Entre sa création en 1937 et sa libération en avril 1945 par ses propres prisonniers, quelque 56 000 personnes périrent à Buchenwald et plus de 20 000 à Dora, créé en août 1943 comme dépendance du premier et destiné à la fabrication de missiles V2.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...