À partir de 17h mercredi, entrée en vigueur de nouvelles règles en Israël
Rechercher

À partir de 17h mercredi, entrée en vigueur de nouvelles règles en Israël

Parmi les nouvelles mesures valables pour une période de 7 jours : pas de promenade à plus de 100 mètres de chez soi, fermeture des synagogues et transports publics limités à 25 %

  • Le quartier de Beit ha Kerem à Jérusalem est désert le 25 mars 2020. (Photo by Olivier Fitoussi/Flash90)
    Le quartier de Beit ha Kerem à Jérusalem est désert le 25 mars 2020. (Photo by Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Des hommes juifs prient devant une synagogue dans le quartier de Nachlaot à Jérusalem le 25 mars 2020. (Photo par Yossi Zamir/Flash90)
    Des hommes juifs prient devant une synagogue dans le quartier de Nachlaot à Jérusalem le 25 mars 2020. (Photo par Yossi Zamir/Flash90)
  • La plage presque vide de Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
    La plage presque vide de Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
  • Des joggers sur la promenade de la plage de Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
    Des joggers sur la promenade de la plage de Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
  • Des Juifs ultra-orthodoxes devant un supermarché à Bnei Brak, le 25 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des Juifs ultra-orthodoxes devant un supermarché à Bnei Brak, le 25 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Le boulevard Rothschild presque désert à Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
    Le boulevard Rothschild presque désert à Tel Aviv, le 25 mars 2020. (Miriam Alster/Flash90)
  • Des hommes Juifs ultra-orthodoxes attendent un bus à Bnei Brak, le 25 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des hommes Juifs ultra-orthodoxes attendent un bus à Bnei Brak, le 25 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Mercredi, le gouvernement intérimaire israélien a annoncé une série de nouvelles restrictions qui entreront en vigueur à partir de 17 heures pour une période de 7 jours, dont l’interdiction de s’éloigner de son domicile à plus de 100 mètres, à part dans certaines circonstances, et la fermeture des synagogues.

Les restrictions autorisent les Israéliens à quitter leur domicile pour les activités suivantes seulement :

  1. aller et revenir du travail, dans le cadre des régulations auparavant définie sur les personnes autorisées à travailler;
  2. aller acheter de la nourriture, des médicaments et des produits de première nécessité et pour recevoir des services essentiels;
  3. se faire soigner ;
  4. donner son sang ;
  5. pour des démarches juridiques ;
  6. participer à une manifestation ;
  7. aller à la Knesset ;
  8. recevoir de l’aide dans le cadre des services sociaux ;
  9. pour une petite promenade dans un périmètre de 100 mètres de son domicile soit seul ou avec d’autres membres du même foyer pour une « courte période de temps » non définie ;
  10. aider une personne souffrant d’un problème médical ou d’autres difficultés requérant une assistance, comme les personnes âgées ou handicapées ;
  11. aller dans un espace extérieur pour une prière, un mariage, un enterrement ou une circoncision réunissant moins de 10 personnes séparées d’une distance de deux mètres. Une femme peut s’immerger dans un mikveh avec laquelle elle s’est coordonnée à l’avance avant son arrivée ;
  12. emmener ses enfants dans des lieux éducatifs pour les parents qui occupent une activité professionnelle essentielle (conformément aux précédentes directives) ;
  13. transporter des enfants dont les parents ne vivent pas ensemble, d’une résidence à l’autre ;
  14. déplacer un enfant dont le seul adulte responsable doit partir pour un motif essentiel.

En outre, les transports publics seront limités à 25 %, et les taxis ne seront autorisés à ne prendre qu’un seul passager, sauf si le deuxième l’accompagne pour des raisons médicales. Tous les passagers doivent s’asseoir à l’arrière du véhicule avec les fenêtres ouvertes.

Tous les employés doivent se tenir à deux mètres les uns des autres, autant que possible.

Par ailleurs, un employeur a le devoir de contrôler la température des personnes pénétrant sur le lieu de travail. Quiconque ayant plus de 38 de fièvre ne sera pas autorisé à entrer.

Un employé de la Knesset contrôle la température d’une femme entrant au parlement, le 16 mars 2020. (Knesset / Adina Velman)

Les services de livraison de restaurant pourront continuer à travailler ; mais venir chercher à manger ne sera plus autorisé. Les transports et les livraisons d’articles achetés en ligne peuvent encore continuer, mais tous les colis doivent être laissés devant la porte extérieure de la résidence.

Les commerces non essentiels doivent être fermés, ainsi que les parcs.

Les services essentiels de maintenance à domicile peuvent se poursuivre.

Les personnes âgées de plus de 60 ans sont considérées comme faisant partie des personnes à risque, et sont encouragées à rester à la maison, selon une annonce commune du Bureau du Premier ministre et du ministère de la Santé.

Tout magasin restant ouvert doit s’assurer qu’une distance d’au moins deux mètres est respectée entre le personnel et les clients, et peut accueillir quatre clients seulement par caisse.

Toute infraction aux règles sera considérée comme un délit, précise l’annonce officielle, et pourra faire l’objet d’une amende. Les régulations autorisent la police à faire appliquer ces restrictions.

La fermeture des synagogues est intervenue après que de nombreuses communautés ultra-orthodoxes recluses en Israël n’ont pas respecté les restrictions concernant les rassemblements publics, malgré les appels de rabbins et des autorités locales. Cela a conduit à des tensions avec les autorités et, dans au moins un cas, à des échauffourées avec la police.

Des hommes juifs prient devant une synagogue dans le quartier de Nachlaot à Jérusalem le 25 mars 2020. (Photo par Yossi Zamir/Flash90)

Selon une analyse du Centre national d’information et de connaissance pour la lutte contre le coronavirus, qui conseille le ministère de la Santé, 29 % de ceux qui ont été infectés par le virus en Israël et en dehors de leur domicile ont été contaminés dans une synagogue ou une yeshiva.

L’ordre de fermer les synagogues aurait entraîné la réprobation du ministre de la Santé ultra-orthodoxe Yaakov Litzman.

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman s’exprime lors d’une conférence de presse au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)

Les directeurs généraux des ministères de la Santé et des Finances ont eu de vifs échanges lors des délibérations sur les nouvelles restrictions visant à contenir l’épidémie qui devaient être approuvées mardi mais qui ont finalement été retardées, a fait savoir la télévision israélienne.

Moshe Bar Siman-Tov du ministère de la Santé aurait défendu l’idée d’un confinement total, imposant alors à tous les Israéliens de rester chez eux sauf dans des circonstances exceptionnelles, un scénario contre lequel Shai Babad du ministère des Finances s’est opposé à cause de craintes sur les conséquences économiques.

De longues heures de discussions ont eu lieu lundi et mardi, et d’incessantes annonces des médias anticipaient des nouvelles restrictions imminentes des déplacements de la population, dont un possible confinement total pour les personnes âgées. Pourtant, l’annonce des nouvelles régulations, qui devait initialement intervenir mardi, a été repoussée.

Mercredi, le ministère de la Santé a fait savoir que 2 170 Israéliens étaient infectés par le virus, dont 37 sont dans un état grave. Cinq Israéliens, qui souffraient déjà tous de problèmes de santé, sont décédés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...