A Varsovie, Netanyahu et un ministre d’Oman disent « bâtir l’avenir »
Rechercher

A Varsovie, Netanyahu et un ministre d’Oman disent « bâtir l’avenir »

En marge de la conférence sur le Moyen Orient, le Premier ministre a dit à Yusuf bin Alawi bin Abdullah que leur rapprochement influence les dirigeants arabes, et "change le monde"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) salue le ministre omanais des Affaires étrangères Yusuf ben Alawi ben Abdallah en marge d'une conférence régionale sur le Moyen Orient à Varsovie, le 13 février 2019. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) salue le ministre omanais des Affaires étrangères Yusuf ben Alawi ben Abdallah en marge d'une conférence régionale sur le Moyen Orient à Varsovie, le 13 février 2019. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

VARSOVIE, Pologne – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le ministre omanais des Affaires étrangères Yusuf bin Alawi bin Abdullah mercredi en marge de la conférence de Varsovie sur le Moyen Orient, lui disant que le récent rapprochement entre les deux pays « change le monde ».

« Je dois vous dire que la décision courageuse du Sultan Qaboos de m’inviter à Oman est en train de changer le monde », a déclaré M. Netanyahu, faisant référence à sa visite à Mascate en octobre 2018.

« Elle ouvre la voie à beaucoup d’autres pour faire ce que vous avez dit – ne pas être figé dans le passé, mais pour bâtir l’avenir ».

M. Netanyahu a déclaré que de nombreux pays arabes suivaient l’exemple d’Oman en s’orientant vers une interaction plus ouverte avec Israël, « y compris à cette conférence ».

« Je tiens à vous remercier pour cette politique positive et tournée vers l’avenir qui peut conduire à la paix et à la prospérité pour tous », a déclaré M. Netanyahu.

« Il s’agit en effet d’une vision nouvelle et importante pour l’avenir », a répondu le ministre omanais des Affaires étrangères en anglais. « Les gens du Moyen Orient ont beaucoup souffert, parce qu’ils sont [restés figés] dans le passé. C’est une nouvelle ère pour l’avenir et pour la prospérité de toutes les nations ».

La réunion de mercredi a eu lieu à l’hôtel Intercontinental de Varsovie, où séjourne la délégation de Netanyahu.

La surprenante visite de Netanyahu à Oman le 26 octobre 2018 a été la première visite publique d’un dirigeant israélien dans l’État du Golfe depuis 1996.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Sultan Qaboos bin Said à Oman, le 26 octobre 2018. (Autorisation)

Depuis lors, les dirigeants omanais ont continué de plaider pour que le monde arabe normalise ses relations avec Israël.

Deux jours après le voyage de Netanyahu à Mascate, célébré en première page de plusieurs journaux omanais, bin Alawi suggéra lors d’une conférence à Bahreïn que le temps était venu pour Israël d’être traité comme tout autre Etat de la région. Il est remarquable que ses collègues de Manama et de Ryad n’aient pas été en désaccord, exprimant même leur soutien tacite aux efforts d’Oman pour faire avancer le processus de paix.

Netanyahu et bin Alawi sont actuellement à Varsovie pour participer à une réunion dite « ministérielle pour promouvoir un avenir de paix et de sécurité au Moyen Orient », organisée conjointement par les Etats-Unis et la Pologne.

Des représentants d’une soixantaine de pays, dont les ministres des Affaires étrangères de dix pays arabes, sont attendus à la conférence.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a d’abord vanté l’ouverture de la conférence mercredi soir comme étant axée sur les actions régionales de l’Iran, mais les organisateurs ont depuis réduit l’accent sur Téhéran. Dans une tribune commune publiée mercredi matin sur le site Internet de CNN, Pompeo et le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz ont écrit que le sommet traitera principalement des guerres civiles en Syrie et au Yémen, ainsi que du conflit israélo-palestinien et des autres questions régionales liées à la sécurité.

Pompéo et Czaputowicz n’ont mentionné l’Iran qu’indirectement, en évitant soigneusement de donner l’impression que le sommet se concentre sur un effort visant à isoler la République islamique.

M. Netanyahu a déclaré que la conférence ne se concentrera pas sur les efforts de paix israélo-palestiniens, car Pompeo et le vice-président américain Mike Pence – qui participera également au sommet – ne traiteront pas de la proposition de paix tant attendue de l’administration.

Au contraire, a déclaré Netanyahu aux journalistes mardi soir, la conférence mettra clairement l’accent sur les efforts visant à contrecarrer l’agression iranienne.

Dans une vidéo publiée sur Facebook mercredi, Netanyahu a déclaré qu’il avait eu « un excellent entretien » avec le diplomate omanais.

« Il s’agit en fait d’une réunion ouverte avec les représentants des principales nations arabes siégeant avec Israël pour promouvoir leurs intérêts communs dans la lutte contre l’Iran », a-t-il fait savoir.

Ce sommet semble être la première fois qu’un dirigeant israélien et de hauts responsables arabes assisteront à une conférence internationale centrée sur le Moyen Orient depuis la conférence de paix de Madrid en 1991, qui a ouvert la voie aux accords d’Oslo entre Israël et les Palestiniens.

Netanyahu et les responsables arabes se retrouveront sur une scène lors d’une photo de groupe prévue pour les participants à la réunion.

Les Palestiniens se sont montrés très critiques à l’égard de la conférence, les responsables décrivant la réunion comme un effort des États-Unis pour faire avancer leurs positions anti-palestiniennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...