Accusé d’un canular mortel, le hacker franco-israélien Ulcan risque les assises
Rechercher

Accusé d’un canular mortel, le hacker franco-israélien Ulcan risque les assises

Le cyber-activiste de 36 ans est visé par un réquisitoire pour "violences volontaires avec préméditation ayant entraîné la mort sans intention de la donner"

Gregory Chelli, alias Ulcan répond aux questions de ses fans sur la plateforme periscope (Crédit: Pierre-Simon Assouline)
Gregory Chelli, alias Ulcan répond aux questions de ses fans sur la plateforme periscope (Crédit: Pierre-Simon Assouline)

Le parquet de Paris demande un procès aux assises contre le hacker franco-israélien Ulcan, qu’il tient responsable de la mort en 2014 d’une victime d’un de ses canulars téléphoniques extrêmes, a appris l’AFP mardi auprès des avocats.

Ce cyber-activiste de 36 ans, installé en Israël depuis 2010 et faisant l’objet d’une demande d’extradition, est visé par un réquisitoire du 31 janvier pour, entre autres, des « violences volontaires avec préméditation ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

A l’été 2014, Ulcan, de son vrai nom Grégory Chelli, avait multiplié les représailles contre le média en ligne Rue89, mécontent de la publication d’un portrait consacré à cet adepte du piratage de sites pro-palestiniens ou de médias.

Le 1er août, le trentenaire, déjà connu pour les canulars poussés à l’extrême de son site « ViolVocal », avait ciblé le père de Benoît Le Corre, l’auteur de l’article.

Piratant la ligne téléphonique du père du journaliste, l’activiste s’était fait passer auprès des forces de l’ordre pour un homme retranché qui avait tué sa femme et son bébé. Une vingtaine de policiers avaient cerné la maison à 4h30 du matin.

Quatre jours plus tard, le père du journaliste était victime d’un infarctus, avant de décéder un mois et demi plus tard.

« Le lien de causalité (…) a été établi par expertise médicale » et par des témoignages de l’entourage de M. Le Corre, « extrêmement choqué » par ces agissements, conclut le réquisitoire consulté par l’AFP.

« De manière extravagante, une expertise médicale non-contradictoire aura donc décidé qu’une mauvaise plaisanterie supposément commise par M. Chelli serait en lien discutable avec le décès d’une personne, connue pour ses graves troubles cardiaques », a réagi son avocat, Me Gilles-William Goldnadel.

Le parquet demande également qu’il soit jugé pour ses autres canulars, qui avait visé un policier et plusieurs journalistes tels qu’Aymeric Caron et le directeur de Rue89, Pierre Haski.

Ce dernier avait été aussi victime d’une mise en scène déclenchant l’intervention des forces de l’ordre le 8 août 2014 à Paris.

Il revient désormais au juge d’instruction de décider de la tenue d’un procès, également réclamé par le parquet pour, notamment, « dénonciations mensongères » et « calomnieuse », « appels téléphoniques malveillants réitérés », « usage de données d’identification d’autrui en vue de porter atteinte à sa tranquillité ou à son honneur » et « menaces de mort ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...