Rechercher

Affrontements entre Juifs et Palestiniens en Cisjordanie, 2 Palestiniens blessés

Des tensions auraient éclaté après que des résidents juifs ont installé une tente près d'un hameau palestinien ; aucune arrestation n'a eu lieu, selon l'armée israélienne

Un Palestinien aurait été blessé à la main par des habitants d'implantation lors d'affrontements près d'un avant-poste israélien illégal dans les collines du sud d'Hébron, le 10 novembre 2021 (courtoisie).
Un Palestinien aurait été blessé à la main par des habitants d'implantation lors d'affrontements près d'un avant-poste israélien illégal dans les collines du sud d'Hébron, le 10 novembre 2021 (courtoisie).

Au moins deux Palestiniens auraient été blessés par balle par des habitants d’implantations israéliens lors d’affrontements dans le sud des collines d’Hébron, en Cisjordanie, mercredi en fin de journée, ont indiqué des témoins, ajoutant que les deux hommes avaient été touchés à la main.

Dans des vidéos de la scène, on pouvait voir des soldats de l’armée israélienne se tenir entre les résidents juifs et les Palestiniens dans la campagne sombre, éclairés seulement par des lampes de poche.

« Un rapport a été reçu concernant une confrontation violente entre des habitants israéliens et des dizaines de Palestiniens », a déclaré un porte-parole de l’armée. « Des unités de Tsahal opèrent pour séparer les parties. »

Aucune arrestation n’a été effectuée, ni d’Israéliens ni de Palestiniens, a ajouté le porte-parole.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part d’un porte-parole local des habitants d’implantations.

Trois voitures palestiniennes ont été endommagées par des pierres lancées par les résidents juifs, selon des témoins. Deux autres Palestiniens auraient également été blessés par des pierres, plutôt que par des tirs réels.

Itay Feitelson, 26 ans, un militant israélien de gauche présent sur les lieux, a déclaré que les affrontements avaient été déclenchés lorsque des résidents juifs de la région avaient installé une tente près d’une petite ferme palestinienne du hameau de bergers de Khilet al-Daba. Les Palestiniens de la région ont vu dans cette tente une tentative de créer un pied-à-terre pour un nouvel avant-poste illégal dans la région.

Les tensions sont restées vives toute la journée et l’armée était sur les lieux depuis le matin. Selon Basil al-Adra, résident palestinien local, les Israéliens ont amené un troupeau de moutons qui ont commencé à brouter les cultures dans la zone.

« Les colons ont construit [la tente] juste au-dessus d’eux. Ils ne peuvent pas avoir eu d’autre but que de déclencher une confrontation », a déclaré Feitelson.

Une voiture palestinienne qui aurait été endommagée par des pierres lancées par des habitants d’implantation israéliens lors d’affrontements dans les collines du sud d’Hébron, le 11 novembre 2021. (Autorisation)

La tension est montée au fil de la journée. Lorsque Feitelson est revenu dans la nuit, certains résidents juifs avaient déjà tenté de mettre le feu à certaines parties de la ferme palestinienne, a-t-il dit.

« Les Palestiniens ont crié à l’armée pour qu’elle fasse quelque chose, et au début, il semblait que l’armée allait éteindre [le feu] », a expliqué M. Feitelson.

Mais ensuite, les soldats israéliens – dans trois ou quatre jeeps au total – ont pris la fuite, malgré la situation tendue, selon Adra.

« Même s’ils ont vu que quelqu’un essayait de mettre le feu au bâtiment, l’armée a laissé la situation telle qu’elle était », a-t-il déclaré.

Peu de temps après, les deux parties ont recommencé à se lancer des pierres depuis différents côtés de la colline, a déclaré Feitelson.

« Les jets de pierres se sont soudainement transformés en tirs fous de la part des colons. Nous avons senti les balles siffler devant nous », a déclaré l’activiste.

Deux Palestiniens ont été blessés, tous deux à la main, par des balles réelles, ont indiqué Feitelson et Adra. L’un d’eux a été évacué vers un hôpital de Yatta, non loin de là, tandis que l’autre, dans un état plus grave, a été envoyé dans un hôpital plus important à Hébron.

Les soldats sont revenus environ une demi-heure plus tard et ont cherché à séparer les deux camps.

« L’armée est arrivée, a déclaré qu’il s’agissait d’une zone militaire fermée et nous a mis dehors. Mais ils n’ont pas chassé les colons ni démonté la tente qu’ils ont montée aujourd’hui », a accusé Adra.

Les collines vallonnées au sud de la ville d’Hébron, en Cisjordanie, sont régulièrement le théâtre de vives tensions entre les habitants d’implantations, les Palestiniens et l’armée. Les Palestiniens se heurtent régulièrement aux résidents juifs qui vivent dans les avant-postes – illégaux selon la loi israélienne – qui parsèment le sommet des collines.

Parallèlement, le gouvernement israélien a déclaré qu’une grande partie de la région était une zone d’entraînement militaire. À l’exception de la ville principale, al-Tuwani, les autorités israéliennes affirment que la plupart des hameaux palestiniens sont donc illégaux ; la Haute Cour de justice doit examiner cette question en mars.

Fin septembre, des dizaines d’Israéliens sont entrés dans al-Mufaqara, un petit hameau situé dans les collines du sud d’Hébron, lançant des pierres, brisant des fenêtres et renversant des voitures. Un petit garçon palestinien de trois ans a été blessé, apparemment lorsqu’une pierre lancée par un résident juif l’a touché à la tête.

Un soldat israélien se tient à l’écart alors que des habitants d’implantation entrent dans un terrain de jeu palestinien à Susiya, un hameau palestinien de Cisjordanie, le 6 novembre 2021. (Crédit : Guy Butuvia)

De hauts responsables politiques israéliens, dont le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, ont condamné l’attaque en la qualifiant de « terroriste ».

Samedi après-midi, des dizaines d’habitants d’implantations ont pénétré dans une aire de jeux située dans le hameau palestinien de Susiya, dans les collines du sud d’Hébron. Selon des militants israéliens de gauche présents sur les lieux, ils ont expulsé les enfants palestiniens qui se trouvaient sur le terrain de jeu.

Sur les vidéos de la scène, on peut les voir s’affairer sur le terrain de jeu, entourés par l’armée, sans qu’il y ait de signes de lutte. Les résidents juifs seraient restés dans l’aire de jeux pendant environ une demi-heure avant que des policiers ne les dispersent.

L’armée a déclaré qu’ils étaient entrés sur le terrain de jeu dans le cadre d’une « confrontation » dans la région. Elle a déclaré que les clips ne reflétaient « pas le déroulement de l’incident ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...