Allemagne : un élu d’extrême droite exclu de l’équipe de football parlementaire
Rechercher

Allemagne : un élu d’extrême droite exclu de l’équipe de football parlementaire

L'équipe organise régulièrement des matches pour des causes humanitaires ; l'élu de l'AfD, mouvement anti-migrants et anti-islam, s'est dit victime d'ostracisme politique

Manifestation contre le parti d’extrême-droite allemand AfD à Berlin, après les élections du 24 septembre 2017. (Crédit : John MacDougall/AFP)
Manifestation contre le parti d’extrême-droite allemand AfD à Berlin, après les élections du 24 septembre 2017. (Crédit : John MacDougall/AFP)

L’équipe de football du Parlement allemand a refusé, au nom de la lutte contre le hooliganisme, d’intégrer un député d’extrême droite, qui crie à l’ostracisme politique contre son parti nouvellement élu à la chambre des députés.

Au total, cinq personnes de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) ont demandé à intégrer les rangs du « FC Bundestag », suite aux élections législatives de septembre qui ont vu le mouvement anti-migrants et anti-islam faire une entrée fracassante au Parlement national.

Trois d’entre elles ont été acceptées, une autre attend toujours une réponse, et la dernière vient d’être exclue.

Le capitaine de l’équipe des députés, un élu du parti conservateur (CDU) de la chancelière Angela Merkel, Marcus Weinberg, a justifié cette décision par une condamnation du candidat l’an dernier à six mois de prison avec sursis pour violences avec des hooligans.

« C’est une question d’ouverture au monde, de fair play, de tolérance », a affirmé jeudi M. Weinberg au SID, filiale sportive de l’AFP.

L’équipe parlementaire organise régulièrement des matches pour des causes humanitaires. Une rencontre contre une équipe de réfugiés est prochainement prévue.

L’élu de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), âgé de 28 ans, a été condamné en première instance l’an dernier par un tribunal de Mayence pour avoir participé en 2012 à des affrontements entre supporteurs du FC Kaiserslautern, dont il faisait partie, et ceux de Mayence. Il a fait appel du jugement.

L’élu s’est dit victime d’ostracisme politique de la part des partis traditionnels et a qualifié l’équipe de football parlementaire d' »instrument de propagande ».

« Encore un bel exemple de la soi-disant tolérance des vieux partis, sans discussion ni justification ils préfèrent apparemment prendre la douche entre eux et refusent de jouer au football avec tout le monde », s’est plaint le député AfD de Rhénanie-Palatinat Sebastian Münzenmaier.

Le parti anti-islam et anti-migrants a fait son entrée à la chambre basse du Parlement lors des législatives en y envoyant plus de 90 députés. Du jamais vu depuis la Deuxième guerre mondiale en Allemagne.

L’AfD est devenue la troisième force politique du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...