Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Argentine: Javier Milei ultralibéral et pro-Israël, élu président

Nouveau venu sur la scène politique et fervent partisan d'Israël, il est sorti de l'ombre pour évincer la coalition péroniste longtemps dominante et son candidat Sergio Massa

Javier Milei, à Buenos Aires, le 19 novembre 2023. (Crédit : Matias Delacroix/AP Photo)
Javier Milei, à Buenos Aires, le 19 novembre 2023. (Crédit : Matias Delacroix/AP Photo)

L’économiste ultralibéral Javier Milei sera le prochain président de l’Argentine, après sa retentissante victoire dimanche à la présidentielle, qui ouvre une période d’incertitude pour la 3e économie d’Amérique latine, à laquelle il promet une thérapie de choc.

Milei, un homme politique « anti-système » et dégagiste contre les péronistes et libéraux au pouvoir en Argentine depuis 20 ans, a distancé le ministre centriste de l’Economie Sergio Massa de plus de onze points. Il a obtenu 55,6% des voix, contre 44,3 % pour son adversaire, selon des résultats officiels partiels avec 99% des voix décomptés.

Le président-élu de 53 ans, qui prendra ses fonctions le 10 décembre, a promis dans son discours de victoire « la fin de la décadence » et la « reconstruction de l’Argentine », tout en avertissant qu’il n’y aura « pas de demi-mesures ».

« C’est une nuit historique pour l’Argentine », a-t-il lancé à plusieurs milliers de partisans en liesse, à l’extérieur du QG de campagne à Buenos Aires.

« Nous sommes confrontés à des problèmes monumentaux : l’inflation (143% sur un an NDLR), la stagnation, l’absence de véritables emplois, l’insécurité, la pauvreté et la misère », a énuméré le président-élu.

« Il n’y a pas de place pour la tiédeur ou les demi-mesures », a prévenu celui qui depuis deux ans prône, notamment, des coupes « à la tronçonneuse » dans la dépense publique, pour une économie pathologiquement surendettée, avec 40% de la population sous le seuil de pauvreté.

Il a redit sa détermination « à remettre en ordre les comptes budgétaires, et régler les problèmes de la Banque centrale », une institution qu’il avait dit vouloir « dynamiter ».

« La caste tiene miedo » (La caste a peur !) « Viva la libertad, carajo ! » (Vive la liberté bordel !), deux des slogans fétiches du candidat Milei résonnaient à l’extérieur de son QG de campagne parmi la foule.

Milei est un fervent défenseur d’Israël et a condamné avec véhémence l’attaque terroriste du Hamas contre l’État juif le 7 octobre. Dans une récente interview accordée au Times of Israel, il a cité un rabbin argentin comme son guide spirituel et a déclaré qu’il déplacerait l’ambassade du pays à Jérusalem.

« La jeunesse a fait la différence »

« Je suis si heureux, maintenant je retrouve l’espoir. Un changement était nécessaire, et a présent je ne veux plus quitter le pays », s’émerveille Nicolas Paez, un architecte de 34 ans. « C’est la jeunesse qui a fait la différence ».

« Qu’ils s’en aillent tous, qu’il n’en reste pas un seul ! », entonne la foule pro-Milei, agitant des drapeaux argentins bleu ciel et blanc, ou jaunes, couleur du parti La Libertad Avanza, à l’effigie du lion – symbole de Milei, évoquant sa chevelure-crinière. Dans la nuit de Buenos Aires résonnent au loin des concerts de klaxons.

L’ampleur de la victoire a surpris. Des sondeurs avaient donné un léger avantage à Milei, mais nombre d’analystes prédisaient un résultat « au vote près », dans une élection crispée et indécise comme rarement en 40 ans depuis le retour de la démocratie, avec deux projets hautement antagoniques.

D’un côté, Massa, ministre de l’Economie depuis 16 mois, qui promettait un « gouvernement d’unité nationale », et un redressement économique graduel, préservant l’Etat-providence, crucial dans la culture argentine.

Le ministre de l’Économie et candidat à la présidence Sergio Massa salue ses partisans avant de voter au second tour de l’élection présidentielle à Tigre, dans la banlieue de Buenos Aires, en Argentine, le dimanche 19 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Gustavo Garello)

Face à lui, l’outsider Milei, « anarcho-capitaliste » comme il se décrit, polémiste de plateaux TV surgi en politique il y a deux ans, résolu à « tronçonner » l' »Etat-ennemi » et à dollariser l’économie.

S’il a tendu la main à « tous les Argentins et dirigeants politiques » voulant se joindre à lui, le président élu a aussi mis en garde contre d’éventuelles résistances sociales à ses réformes.

Milei comme Scaloni ?

« Nous savons qu’il y a des gens qui vont résister, qui voudront maintenir ce système de privilèges pour certains mais qui appauvrit la majorité. Je leur dis ceci : tout ce qui est dans la loi est permis, mais rien (de ce qui est) en dehors de la loi ».

« Milei a fait campagne en promettant des résultats rapides. On voit tous que ce n’est pas possible, mais c’est l’idée qui a pénétré son électorat: le changement rapide, la tronçonneuse. Aussi je crois qu’il n’y aura guère de temps pour une lune de miel », a prédit Lara Goyburu, politologue de l’Université de Buenos Aires.

Pour le politologue Gabriel Vommaro, de l’Université de San Martin, Javier Milei, par son discours belliqueux, notamment envers des secteurs mobilisés, comme la fonction publique apporte un risque « de confrontation politico-sociale »

Milei, « c’est comme Scaloni (le sélectionneur de l’Argentine championne du monde 2022, NLDR): personne ne croyait en lui, et pourtant au final il a bien fait les choses. Espérons qu’il en soit de même », assure Sonia Do Santo, une enseignante de 36 ans, radieuse dans la foule des partisans.

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient un billet de 100 dollars américains en carton, à son effigie, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)

A l’étranger, des dirigeants pour lesquels Milei avait exprimé une affinité l’ont chaleureusement félicité : l’ex-président américain Donald Trump a dit sa conviction qu’il va « faire à nouveau de l’Argentine un grand pays ». Et l’ex-président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré que « l’espoir brille à nouveau » dans la région.

Washington a « félicité » Javier Milei pour sa victoire, le secrétaire d’Etat Antony Blinken saluant « la forte participation et le déroulement pacifique du scrutin ».

Quant au président brésilien Lula, que Milei avait qualifié de « communiste corrompu », il a souhaité « bonne chance et succès » au nouveau gouvernement argentin, dans un message sur le réseau social X dans lequel il n’a pas mentionné Javier Milei.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.