Israël en guerre - Jour 196

Rechercher
Interview

Le candidat iconoclaste à la présidence de l’Argentine réaffirme son soutien à Israël

Javier Milei parle de ses projets, des changements économiques et du transfert de son ambassade en Israël - avant de dénoncer sans détour le massacre du 7 octobre

  • Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient un billet de 100 dollars américains en carton, à son effigie, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)
    Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient un billet de 100 dollars américains en carton, à son effigie, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)
  • Le candidat à la présidence argentine Javier Milei en interview avec le Times of Israel à Buenos Aires, le 16 novembre 2023.(Crédit : Michelle Mendeluk)
    Le candidat à la présidence argentine Javier Milei en interview avec le Times of Israel à Buenos Aires, le 16 novembre 2023.(Crédit : Michelle Mendeluk)
  • Le candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances Javier Milei salue ses partisans lors d'un rassemblement à Buenos Aires, Argentine, le 6 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Rodrigo Abd)
    Le candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances Javier Milei salue ses partisans lors d'un rassemblement à Buenos Aires, Argentine, le 6 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Rodrigo Abd)
  • Un sympathisant de Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient une fausse tronçonneuse lors du meeting de clôture de la campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)
    Un sympathisant de Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient une fausse tronçonneuse lors du meeting de clôture de la campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)
  • Le candidat à la présidence argentine Javier Milei en interview avec Michelle Mendeluk  pour le Times of Israel à Buenos Aires, le 16 novembre 2023.(Crédit : Michelle Mendeluk)
    Le candidat à la présidence argentine Javier Milei en interview avec Michelle Mendeluk pour le Times of Israel à Buenos Aires, le 16 novembre 2023.(Crédit : Michelle Mendeluk)
  • Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)
    Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)

BUENOS AIRES – Ce dimanche, les Argentins sont appelés à participer à l’une des élections présidentielles les plus importantes de leur histoire récente.

Ce pays d’Amérique du Sud est l’un des plus grands fournisseurs de denrées alimentaires au monde et possède de précieuses ressources naturelles, notamment le lithium utilisé pour produire les batteries des véhicules électriques. Pourtant, cette année, le pays a connu une inflation de près de 150 % et une dépréciation de sa monnaie.

Tout cela a contribué à polariser la société – et deux candidats très différents s’affrontent au second tour de l’élection présidentielle : l’actuel ministre de l’Economie de centre-gauche, Sergio Massa, et le député libertaire grandiloquent, Javier Milei.

Les sondages pré-électoraux pour le second tour du 19 novembre entre Milei et Massa indiquent une égalité parfaite.

Qualifié par certains comme étant d’extrême droite ou ultra-conservateur, Milei a amené le Parti libertarien qu’il dirige actuellement à une popularité que beaucoup auraient considérée comme inimaginable – avec son style coiffé décoiffé, son attitude combative et son affinité pour les accessoires tape-à-l’œil. Lors d’événements de campagne, il brandit souvent une tronçonneuse, symbole de ce qu’il entend faire au système économique, ou un billet de 100 dollars à son effigie, alors qu’il s’engage à passer du peso au dollar.

Entre autres positions controversées, il a minimisé le caractère sanglant du régime militaire argentin au pouvoir de 1976 à 1983, affirmant que le nombre de ses victimes est bien inférieur à ce que les organisations de défense des droits de l’Homme affirment depuis longtemps.

Milei, un admirateur manifeste de l’ancien président américain Donald Trump, a fustigé ce qu’il décrit comme une classe politique corrompue. Il propose de réduire la taille du gouvernement et de maîtriser l’inflation, qui a atteint un taux à trois chiffres sous le mandat de son rival Massa.

Il a suscité une opposition passionnée dans plusieurs secteurs de la société et représente, pour certains, une menace pour la démocratie. De son côté, Massa a averti les Argentins que l’élection de Milei signerait la fin de l’éducation publique, des soins de santé, des subventions à la consommation et des programmes de protection sociale. Milei a démenti ces allégations.

Milei est également le seul candidat qui, depuis des années, défend ouvertement le droit d’Israël à l’autodéfense, condamne sans équivoque le terrorisme islamique et manifeste – avant même de devenir connu – une affinité pour le judaïsme.

Il est bien sûr conscient de l’image radicale qu’il renvoie et du fait que ses opinions suscitent autant de colère chez certains que d’amour chez d’autres. Son discours controversé et souvent agressif lui a valu d’être comparé à Trump et à l’homme politique brésilien Jair Bolsonaro. Mais il est convaincu que l’Argentine a besoin d’un changement, à la fois en tant que pays et sur la scène internationale.

Le candidat à la présidence argentine Javier Milei en interview avec le Times of Israel à Buenos Aires, le 16 novembre 2023.(Crédit : Michelle Mendeluk)

À l’hôtel où il séjourne jusqu’à la publication des résultats de l’élection, Milei reste calme et réfléchi et a accordé au Times of Israël l’une de ses dernières interviews avant l’élection.

The Times of Israël : Comment allez-vous ? Comment vous sentez-vous après tout ce que vous avez vécu pendant la campagne électorale ?

Javier Milei : Une campagne est très exigeante physiquement. Moins on a de ressources financières, plus il faut faire d’efforts physiques, ce qui fait que j’arrive à la fin de la campagne très fatigué. Évidemment, cela a des aspects physiques collatéraux. On est épuisé et l’alimentation quotidienne n’est pas ce qu’elle devrait être, mais je crois que cela en vaut la peine.

Je suis enceinte et mon bébé naîtra à la fin du mois de mars. D’ici là, il y aura un nouveau gouvernement. Dans quelle Argentine vais-je faire naître mon bébé ?

Félicitations. Si nous gagnons, votre enfant sera le témoin de la reconstruction de l’Argentine, du tournant du déclin et du chemin de l’Argentine pour redevenir l’un des meilleurs pays du monde. Dans le cas contraire, votre fils ou votre fille vivra dans un endroit qui est en passe de devenir le plus grand bidonville du monde – et si cela se produit, votre enfant risque d’émigrer.

Le candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances Javier Milei salue ses partisans lors d’un rassemblement à Buenos Aires, Argentine, le 6 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Rodrigo Abd)

Vous arrive-t-il de vous arrêter et de réfléchir aux raisons qui vous ont poussé à vous engager dans cette lutte ?

Si je me suis engagé dans cette voie, c’est en partie parce que j’étais impliqué dans une bataille politico-culturelle. Je me consacrais à donner des conférences, à discuter des idées de liberté, et à un moment donné, pendant la quarantaine promue par le président Alberto Fernandez, j’ai eu l’impression que l’État me poursuivait, qu’il montait des fausses nouvelles contre moi.

Avez-vous reçu des menaces ?

Oui, ces menaces sont monnaie courante dans le monde politique.

Pouvez-vous nous décrire certaines d’entre elles ?

Certains épisodes n’ont pas été agréables. Disons que ce sont des enfants qui ne rigolent pas. Lorsque j’ai vu que la bataille idéologique se compliquait et que j’ai observé comment mes adversaires avaient cessé d’accorder de l’espace aux économistes libéraux dans de nombreux espaces publics et médias, c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’entrer en politique. En réalité, cette décision s’est retournée contre moi, car je suis aujourd’hui au coude à coude avec mes adversaires dans la course à la présidence.

Un sympathisant de Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient une fausse tronçonneuse lors du meeting de clôture de la campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)

Parlons du monde. Vous pensez qu’Israël et les États-Unis pourraient être les principaux alliés de l’Argentine. Que représente Israël pour vous ?

Ce que j’admire le plus en Israël, c’est sa culture, son peuple. Je suis très admiratif de voir comment ils parviennent à conjuguer le monde spirituel et le monde réel. Pour moi, c’est formidable et admirable.

Depuis combien de temps ressentez-vous cela ?

J’ai toujours ressenti une admiration assez prononcée, d’abord inconsciemment, puis plus consciemment. Je me souviens qu’à chaque Pâques, le seul film que je ne manquais jamais était « Les dix commandements ». Évidemment, j’avais déjà une attirance très forte pour la personnalité de Moïse. Mais plus tard, avec le temps, j’ai eu un étudiant à l’université qui étudiait également pour devenir rabbin, et j’ai été surpris par le genre de questions qu’il me posait. Je lui ai donc demandé : « D’où vous vient cette façon de poser des questions ? Parce que c’est génial. » Il m’a répondu : « Non, c’est super facile. Tous les matins, j’étudie pour devenir rabbin », et je me suis dit : « C’est génial. » Plus tard, j’ai eu le plaisir de rencontrer Axel Vanish. C’est mon principal rabbin aujourd’hui. C’est une personne vraiment remarquable, et évidemment, avec ma sœur, ils sont mes guides spirituels.

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)

Que pensez-vous de la guerre en Israël ?

J’ai pris une position très claire. Je l’ai fait lors de mon dernier discours au Congrès. En effet, non seulement j’ai condamné les actes terroristes du Hamas [qui a tué 1 200 personnes dans le sud d’Israël lors d’un massacre brutal le 7 octobre], mais j’ai également exprimé ma solidarité avec Israël. Surtout, j’ai exprimé avec force mon soutien au droit légitime d’Israël à se défendre. Et je ne me suis pas arrêté là ; j’ai envoyé une proposition en ce sens au Congrès, j’ai réussi à obtenir l’accord des présidents des blocs et nous avons obtenu un consensus clair. Le lendemain, nous avons envoyé une proposition demandant au gouvernement d’enquêter sur le Hamas et de le classer comme groupe terroriste.

Inclure le Hamas dans la liste argentine des groupes terroristes…

Exactement. En effet, cette déclaration a été couronnée de succès car, le lendemain, le G7 a publié une déclaration similaire à celle que nous avions faite. Nous sommes fiers d’avoir évalué avec justesse la situation sur la scène internationale.

Si vous deveniez président, que feriez-vous pour tenter de libérer les Israélo-Argentins retenus prisonniers par le Hamas à Gaza ?

Il faut exiger la récupération de tous les otages israéliens, et pas seulement des Argentins. Dans la déclaration que nous avons rédigée, nous avons également utilisé un terme très spécifique appelé « trêve de bien-être », qui ne nécessite même pas un cessez-le-feu, mais qui ouvre une voie par laquelle les gens peuvent être secourus. Elle permet de libérer des personnes. Nous y travaillons.

Seriez-vous prêt à transférer l’ambassade d’Israël de Tel-Aviv à Jérusalem ?

Oui, bien sûr. Je me fiche d’être critiqué par les dirigeants du monde entier. Je crois sincèrement que c’est la bonne chose à faire.

Vous convertiriez-vous au judaïsme pendant ou après votre carrière politique ? Ce n’est pas facile.

C’est très difficile parce que je ne pourrais pas respecter tous les préceptes en raison des exigences que j’aurais en tant que président. Vous savez, si vous êtes converti, vous devez respecter tous les préceptes de la religion juive. J’étais récemment à New York et j’ai même eu le privilège de visiter le bureau de [feu] le Rabbi de Loubavitch [Menachem Mendel Schneerson]… Le fait est que j’envisagerais peut-être de me convertir une fois ma carrière politique terminée.

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, tient un billet de 100 dollars américains en carton, à son effigie, lors de son meeting de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le 16 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nicolas Aguilera)

La dollarisation est l’un de vos principaux objectifs déclarés. Allez-vous dollariser l’ensemble de l’économie d’ici un an ?

Nous pensons que l’économie pourrait être dollarisée d’ici un an, oui.

Les critiques que vous avez reçues, le fait d’être traité de fou, de bizarre ou même de nazi – sans raison valable – vous ont-ils fait douter de vous ?

Non. Parce qu’aucune de ces critiques n’est plus dure que ma propre autocritique, puisque je vis dans un processus constant d’autocritique.

Je vous remercie. Churchill disait qu’un bon homme d’État n’est pas celui qui pense aux prochaines élections, mais aux prochaines générations.

Eh bien, nous avons présenté un plan de gouvernement qui s’étend sur 35 à 45 ans.

Souhaitons le meilleur pour le pays, quoi qu’il arrive.

Nous ne manquerons pas d’y travailler.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.