Arrangement judiciaire dans une affaire de corruption liée à Yisrael Beytenu
Rechercher

Arrangement judiciaire dans une affaire de corruption liée à Yisrael Beytenu

Le consultant Ronen Moshe a écopé d'une peine de neuf mois de service communautaire, d'une amende de 900 000 shekels pour des contrats gouvernementaux entachés de corruption

Ronen Moshe, consultant média (Autorisation)
Ronen Moshe, consultant média (Autorisation)

Un tribunal de Tel Aviv a accepté jeudi la conclusion d’un accord judiciaire avec un ancien consultant en relations publiques impliqué dans une affaire pour corruption liée à une enquête qui avait visé plusieurs responsables de Yisrael Beytenu.

Dans le cadre de l’accord, la Cour de district de Tel Aviv a condamné Ronen Moshe pour incitations à la fraude et abus de confiance.

Moshe avait reconnu avoir payé deux hauts-conseillers de ministres issus de la formation Yisrael Beytenu – Tali Keidar, aide de l’ancien ministre de l’Agriculture Yair Shamir, et Amnon Lieberman, qui travaillait avec l’ex-ministre du Tourisme Stas Misezhnikov — pour tenter d’obtenir des contrats gouvernementaux lucratifs de publicité au nom de l’entreprise de relations publiques qu’il représentait, Grey Content.

Lieberman a bénéficié du statut de témoin de l’accusation dans le dossier et Keidar a d’ores et déjà conclu un arrangement avec la justice.

Cet accord judiciaire comprend une condamnation à neuf mois de service communautaire pour Moshe, une peine de prison avec sursis et une amende de 900 000 shekels.

Dans l’acte d’inculpation initial, les procureurs avaient accusé Moshe d’avoir versé des pots-de-vin aux conseillers pour s’assurer que leurs ministères respectifs achèteraient du temps d’audience publicitaire à 19h59 très précisément sur toutes les chaînes majeures de télévision – un horaire très important dans la mesure où il précède tout juste le lancement des journaux d’information en prime-time et qu’il est considéré comme le plus regardé sur les chaînes israéliennes.

L’ancien ministre du tourisme Stas Misezhnikov arrive à la cour de magistrat de Tel-Aviv le 21 novembre 2017. (Flash90)

Grey Content avait contrôlé les réservations pour cette plage horaire de publicité en 2013 lorsque les événements définis dans l’acte d’inculpation d’étaient déroulés.

Les efforts de Moshe n’avaient pas été vains. Selon le journal économique Globes, reprenant les chiffres de l’Agence de publicité gouvernementale, le ministère de l’Agriculture avait versé quatre millions de shekels à Grey Content et le ministère du Tourisme 2,2 millions de shekels pour leurs campagnes.

Les procureurs ont indiqué qu’ils avaient accepté de retirer l’inculpation pour pots-de-vin de l’acte initial avant la conclusion de l’arrangement judiciaire parce que Moshe avait reconnu toute sa responsabilité dans l’affaire, qu’il avait accepté la condamnation et parce qu’un procès aurait été long et onéreux.

Moshe a expliqué jeudi être soulagé par la décision des magistrats d’accepter l’accord.

« J’ai toujours dit que la vérité éclaterait et je suis heureux qu’après presque cinq années, qui ont eu des répercussions très lourdes sur la famille et sur moi-même, la vérité soit enfin apparue, a-t-il commenté.

« Je ressens un soulagement énorme que tout cela soit dorénavant derrière moi. Je peux avancer la tête haute et accepter les responsabilités de l’erreur que j’ai commise dans une situation impossible et inhumaine », a-t-il ajouté.

Il a remercié les procureurs pour le réexamen de l’acte d’inculpation et l’exclusion de l’accusation pour pots-de-vin, « selon laquelle je n’ai jamais offert de pots-de-vin à qui que ce soit, que je n’en ai jamais proposé et que je n’ai jamais accepté d’en offrir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...