Au menu de la 60e édition du Festival d’Israël
Rechercher

Au menu de la 60e édition du Festival d’Israël

L'événement de Jérusalem fête son 60e anniversaire avec une rétrospective ; il n'y aura pas de retransmission pour encourager la participation ; les billets sont désormais en vente

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'installation "MachoMan" du vidéaste espagnol Alex Rigola sera en place au prochain festival de Jérusalem, qui ouvrira ses portes le 3 juin 2021. (Autorisation de Marti Artalejo)
L'installation "MachoMan" du vidéaste espagnol Alex Rigola sera en place au prochain festival de Jérusalem, qui ouvrira ses portes le 3 juin 2021. (Autorisation de Marti Artalejo)

L’année dernière, le directeur du festival d’Israël, Eyal Sher, a dû reporter la célébration annuelle de juin à septembre. Lorsqu’une version plus petite et plus intime du festival a finalement eu lieu, elle proposait également des visionnages en ligne des spectacles.

Cette année, le festival est de retour sur scène, du 3 au 19 juin, et célèbre sa 60e année avec une liste d’artistes parmi les plus connus d’Israël, qui représentent le paysage culturel du pays.

Pourtant, environ la moitié des événements du festival manquent cette année, a déclaré M. Sher, puisque six à dix spectacles sont habituellement proposés en Israël par des artistes internationaux.

Il n’y aura pas non plus de grand concert organisé dans les arènes de la piscine du Sultan à Jérusalem.

« Ce genre de manifestation nous manque cruellement », a déclaré M. Sher. « Mais nous pensons que c’est exactement la bonne taille et le bon contexte pour la période dans laquelle nous nous trouvons. Je ne pense pas que l’heure soit aux grands événements. Nous avons besoin que les choses soient pertinentes pour la période dans laquelle nous vivons. »

Dudu Tassa et les Koweïtiens au Festival d’Israël 2020 à Jérusalem. (Avec l’aimable autorisation de Yoel Levi)

Si les institutions culturelles israéliennes ont été autorisées à rouvrir en mars, elles l’ont fait progressivement, tandis que les opéras et les pièces de théâtre commençaient à répéter et que les musiciens montaient sur scène devant des publics plus restreints et socialement distants.

M. Sher planifie généralement le festival d’Israël au moins un an à l’avance, mais cette année, lui et son équipe ont attendu de voir comment le plan de vaccination d’Israël allait se dérouler avant de fixer des dates.

« Il était très clair que nous ne pouvions pas avoir d’artistes internationaux, tout comme l’année dernière », a-t-il déclaré.

Même une fois les dates fixées, « on continue à gérer les risques en permanence », a déclaré M. Sher.

Outre l’absence d’artistes internationaux sur place, il n’y aura pas de grands événements ni de places debout. Les spectateurs seront peu nombreux, dans des capsules, et uniquement assis, dans des configurations qu’ils avaient déjà maîtrisées lors de la reprogrammation du Festival d’Israël de septembre 2020.

L’Orchestre de Jérusalem dirigé par Tom Cohen (au centre, en costume bleu) interprétera « Waiting for Nissim » lors du Festival d’Israël 2021. (Autorisation du Festival d’Israël)

Contrairement à ce qui s’était passé en septembre dernier, les organisateurs ont décidé de ne pas diffuser les spectacles en direct, estimant que la plupart de leur public peut et veut venir assister à des spectacles en direct.

« Nous pensons que ce n’est pas le moment de faire des fêtes folles, mais nous voulions un programme solide qui célèbre toutes sortes d’artistes et rende hommage aux différentes générations », a déclaré M. Sher.

Il s’agit plutôt d’un festival d’Israël bien de chez nous, avec un flux constant d’artistes israéliens connus et moins connus, qui proposent tous leur vision de 60 ans de culture israélienne.

Le pianiste Shlomi Shaban se produira au Festival d’Israël 2021, qui ouvrira ses portes le 3 juin 2021. (Autorisation de Yossi Zwecker)

Le festival s’ouvre le 3 juin avec Inspiring Connections, un programme qui regroupe 40 artistes de diverses disciplines à qui l’on a demandé de créer des pièces originales de dix minutes à partir d’une autre œuvre qui les a inspirés. Le piège ? L’œuvre qui les a inspirés devait être issue d’un média différent du leur.

Les associations qui en résultent sont créatives, comme le pianiste Shlomi Shaban qui rumine les peintures de chèvres de Menashe Kadishman, la chorégraphe Rina Sheinfeld qui danse sur l’œuvre vidéo de Michal Rubner, et l’artiste de théâtre Gilad Kimchi qui repense la chanson classique de Yehudit Ravitz, « Hayaldah Hachi Yafah Bagan ».

La chorégraphe Rina Sheinfeld se produira au Festival d’Israël 2021. (Autorisation de Roni Dadon)

« Nous ne voulions pas que les musiciens se contentent de reprendre la musique de quelqu’un d’autre », a déclaré Sher.

Il en va de même pour les danseurs, les artistes de théâtre, les vidéastes et les poètes participants ; leurs œuvres pour le festival sont toutes uniques et originales, créées pour le festival d’Israël de cette année.

Il en résulte quatre soirées différentes, chacune comportant huit à dix représentations qui passent d’un médium à l’autre, mettant en lumière les artistes qui ont inspiré les interprètes.

Un autre événement central du festival est Routine 2.0, des résidences artistiques qui se sont déroulées dans des lieux inattendus, notamment un supermarché, un centre pour jeunes ayant quitté le monde ultra-orthodoxe, le bâtiment du ministère de l’Education et un lycée expérimental.

Il s’agit de la continuation d’un programme similaire que le festival a déjà entrepris, et qui a pris une plus grande signification l’année dernière lorsqu’il s’est agi de l’une des rares représentations que le festival a pu poursuivre pendant la pandémie.

À la fin de la résidence, les artistes réalisent une action artistique qui implique la communauté, offrant une perspective nouvelle sur le quotidien.

Les spectacles de l’année dernière comprenaient l’exploration des voix et des chants par l’artiste vocale Raya Bruckenthal, dans le cadre de sa résidence Institutional Routine 2.0 au centre de vie assistée Neve Horim de Jérusalem et d’une série d’ateliers vocaux à la branche de Jérusalem du National Insurance Institute.

L’artiste vocale Faye Shapiro a travaillé avec le personnel de l’Institut national d’assurance d’Israël en juillet et août 2020, dans le cadre de sa résidence au Festival d’Israël (Autorisation Faye Shapiro)

Dans le même ordre d’idées, il y aura aussi Home-Spirit-Hospitality, dans lequel sept artistes et sept familles de Jérusalem invitent le public à visiter les espaces artistiques-familiaux qu’ils ont créés ensemble.

Le festival présentera également des artistes en tête d’affiche, notamment les musiciens Berry Sakharof, Corinne Allal, Eran Tzur, Efrat Ben Tzur et Kfir Ben Laish avec Ehud Banai, pour la première de « The Golden Calf », une nouvelle version de la chanson classique de Banai produite avec The Refugees.

L’écrivain Etgar Keret interprétera son livre pour enfants, « Waiting for Nissim », avec sa femme, Shira Geffen, lors du Festival d’Israël 2021, qui débutera le 3 juin. (Autorisation Alessandro Moggi)

Le Jerusalem East and West Orchestra, dirigé par Tom Cohen, présentera un conte musical basé sur le livre pour enfants « Waiting for Nissim », avec les auteurs Etgar Keret et Shira Geffen sur scène.

La seule performance qui met en scène un artiste étranger est « Macho Man », de l’artiste vidéo espagnol Alex Rigola. Cette œuvre, qui traite des dures réalités de la violence sexiste, entraînera de petits groupes de spectateurs munis d’écouteurs dans une installation labyrinthique qui les confrontera aux conditions qui permettent à la violence sexuelle et sexiste de perdurer dans la société.

« C’est une expérience très émouvante et profonde », a déclaré Sher, qui a fait adapter l’installation aux réalités israéliennes.

Shira Geffen interprétera son livre pour enfants, « Waiting for Nissim », avec son mari, Etgar Keret, au Festival d’Israël 2021, qui s’ouvrira le 3 juin. (Autorisation Eyal Nevo)

Fidèle à la tradition du festival de présenter des spectacles dans des lieux inhabituels, Public Parking accueille sept chorégraphes de premier plan dans un parking souterrain, où ils présenteront des œuvres in situ avec des danseurs et des musiciens de l’Académie de danse et de musique de Jérusalem.

La série de concerts de musique classique du festival se déroulera également au centre Eden-Tamir d’Ein Kerem, avec quatre concerts de musiciens classiques, dans la tradition des œuvres classiques présentées lors des premières années du festival.

Les billets seront mis en vente à partir du lundi 3 mai sur le site web du Festival d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...