Bennett : les autorités recherchent “un ou deux rabbins” qui ont aidé à radicaliser “les jeunes des collines”
Rechercher

Bennett : les autorités recherchent “un ou deux rabbins” qui ont aidé à radicaliser “les jeunes des collines”

Le ministre de l’Education déclare qu’il a lancé un programme pour réinsérer les jeunes extrémistes juifs ; souligne qu’Israël doit contrôler la Cisjordanie « pour toujours » ; exclut un changement du statu quo au mont du Temple

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, à la Conférence diplomatique du Jerusalem Post, à l'hôtel Waldorf Astoria à Jérusalem, le 18 novembre 2015 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, à la Conférence diplomatique du Jerusalem Post, à l'hôtel Waldorf Astoria à Jérusalem, le 18 novembre 2015 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Les autorités israéliennes « recherchent » un ou deux rabbins qui ont joué un rôle dans la radicalisation des extrémistes de droite juifs, a déclaré le ministre de l’Education. Il a souligné, cependant, que le noyau dur des « jeunes des collines », dont serait issu le meurtrier présumé de Duma, « n’a pas de rabbin » en ce moment. « Aucun rabbin n’est assez extrémiste pour eux ».

Dans un entretien avec le Times of Israel, Bennett a également déclaré que son ministère a lancé un programme pour essayer de réinsérer les centaines de « jeunes des collines », qu’il décrit comme des jeunes dérangés, « détournés » par une idéologie très radicale.

« Nous avons plusieurs programmes où nous sortons littéralement les jeunes des collines », a déclaré Bennett, dirigeant du parti orthodoxe nationaliste HaBayit HaYehudi.

Bennett a déclaré que le noyau dur des extrémistes « se compte sur les doigts de la main, les personnes autour de ce noyau se comptent en dizaines, et je dirais que les sympathisants [dont des douzaines ont été vues célébrant les meurtres de Duma dans la vidéo du fameux « mariage de la haine » en décembre] se compteraient en centaines, mais seulement en centaines. Plus j’en apprends sur eux, plus je vois que ce sont des jeunes dérangés, qui dans d’autres circonstances – s’ils étaient dans des villes par exemple – auraient pris de la drogue ou quelque chose comme ça. Ils ont été détournés par cette idéologie très radicale ».

Ceux qui étaient impliqués, directement ou indirectement, dans l’incendie de juillet à Duma – dans laquelle le bébé Ali Dawabsha et ses parents, Riham et Saad, ont été tués – doivent être poursuivis, et c’est ce qu’il se passe, a déclaré Bennett.

Parallèlement, a-t-il déclaré, « nous devons aussi agir sur l’éducation pour atteindre les enfants » qui sympathisent avec cette idéologie. « Nous devons les sortir des griffes de ces gens et les ramener dans la société ».

Amiram Ben-Uliel, qui a été inculpé dimanche 3 janvier 2016, pour assassinat dans les meurtres de la famille Dawabsha à Duma (Autorisation)
Amiram Ben-Uliel, qui a été inculpé dimanche 3 janvier 2016, pour assassinat dans les meurtres de la famille Dawabsha à Duma (Autorisation)

Bennett a fermement rejeté la notion que des décennies d’autorité israélienne sur les Palestiniens ont contribué à un état d’esprit dans lequel les extrémistes juifs considèrent que les vies palestiniennes ont moins de valeur.

« Ces personnes (responsables des meurtres), ces terroristes, a-t-il déclaré, ce sont des anarchistes, principalement. C’est ce que font les anarchistes : ils implantent et créent des évènements qui peuvent créer tant de ravages et de problèmes pour tout le monde. Avec un objectif qui n’est pas à propos du judaïsme, c’est de ne pas accepter l’Etat juif tel qu’il est… Leur but est de démanteler Israël… Leur objectif réel, c’est de ruiner notre monde. C’est l’antithèse de l’idéologie sioniste religieuse qui voit l’Etat comme presque sacré. »

Bennett a déclaré qu’ « un ou deux » rabbins « étaient une étape dans ce processus de radicalisation », bien que « ces personnes n’ont pas de rabbin » en ce moment.

« Ils n’ont aucun dirigeant. Aucun rabbin n’est assez extrême pour eux. » Les autorités israéliennes, selon lui, « recherchent » ces un ou deux rabbins, mais « ils ne sont impliqués dans aucun meurtre, donc c’est une situation compliquée… De ce que nous savons maintenant, ils n’influencent plus personne. Ces enfants sont comme des satellites qui ont quitté leur orbite. »

Bennett, dont le parti est le foyer idéologique de la majorité des entreprises d’implantation, a rendu hommage aux « 500 000 Israéliens qui vivent en Judée et en Samarie », le nom biblique de la Cisjordanie, « des communautés de vie, et d’optimisme, et de faire le bien ». Ni Israël ni les résidents des implantations n’étaient coupables ici. « C’est un groupe marginal. Nous devons prendre soin d’eux. Ils ne représentent pas la société israélienne », a-t-il déclaré.

Il a opposé la condamnation écrasante en Israël des meurtres de Duma, et l’effort déterminé à arrêter les responsables, à ce qu’il appelle un soutien palestinien généralisé aux centaines d’attaques terroristes contre les Israéliens. Les officiels de l’Autorité palestinienne « célèbrent » de tels meurtres, a-t-il déclaré. « C’est une société qui a été corrompue ».

Le ministre, qui propose d’étendre la loi israélienne à la zone C de Cisjordanie – environ 60 % de ce territoire – et que « les Palestiniens gouvernent les zones A et B », a déclaré qu’Israël devrait néanmoins maintenir en permanence son contrôle d’ensemble de la Cisjordanie.

« Quiconque suggère qu’Israël peut plus ou moins se défendre lui-même sans conserver la Judée et la Samarie pour toujours est fou », a déclaré Bennett.

Et cela nécessite également une présence civile permanente, a-t-il souligné. « Il y a un mythe selon lequel vous pouvez garder des militaires dans une partie du territoire quand il n’y a pas de civil. C’est un mythe parce qu’à très court terme, les pressions pour se retirer sont immenses parce que ne voyez pas que vous défendez vraiment quelqu’un. La réalité est que les communautés vivant en Judée et en Samarie, elles sont la planche de salut là-bas. Ils conduisent sur les routes. Ils maintiennent les lumières de la vie là-bas. Et s’ils se retirent, au final, en quelques mois ou années, les soldats se retirent. »

Le ministre Uri Ariel sur le mont du Temple, le 16 mars 2014 (Crédit : bureau du porte-parole d'Uri Ariel)
Le ministre Uri Ariel sur le mont du Temple, le 16 mars 2014 (Crédit : bureau du porte-parole d’Uri Ariel)

Alors que le ministre Uri Ariel, son collègue de HaBayit HaYehudi, a été filmé récitant une courte prière pendant une visite sur le mont du Temple l’automne dernier, Bennett est inflexible sur le maintien du statu quo au mont – selon lequel les prières juives sont interdites.

« Dans les faits, le mont du Temple est l’emplacement précis du Temple, a déclaré Bennett. C’est l’endroit le plus saint dans le monde pour les juifs. C’est le troisième site saint des musulmans. Et nous devons respecter les droits de chacun, la liberté de religion. Aujourd’hui, en un sens, les juifs sont discriminés au mont du Temple. Je ne suggère pas de changer le statu quo aujourd’hui. »

Dans un monde parfait, a-t-il ajouté, « il y aurait une liberté de religion et la liberté pour toutes les religions de s’exercer partout. [Mais] maintenant, nous devons maintenir le statu quo. Nous devons faire preuve de bon sens. »

Une transcription complète de l’entretien de Naftali Bennett avec le Times of Israel sera rapidement publiée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...