Biden s’aliénera-t-il le Moyen-Orient lors de son premier voyage comme Obama ?
Rechercher
Analyse

Biden s’aliénera-t-il le Moyen-Orient lors de son premier voyage comme Obama ?

Le nouveau président cherchera à renier son prédécesseur ; mais Obama a montré qu'une administration ne peut atteindre ses objectifs en se contentant de savoir ce qu'elle n'est pas

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le vice-président américain de l'époque Joe Biden, (à gauche), observe le président américain Barack Obama, (au centre), au Conmy Hall, Joint Base Myer-Henderson Hall, Virginie, le 4 janvier 2017. (AP Photo/Susan Walsh/File)
Le vice-président américain de l'époque Joe Biden, (à gauche), observe le président américain Barack Obama, (au centre), au Conmy Hall, Joint Base Myer-Henderson Hall, Virginie, le 4 janvier 2017. (AP Photo/Susan Walsh/File)

L’ancien président américain Barack Obama est entré en fonction en 2009 avec la volonté d’être l’anti-George W. Bush. C’est ce que l’élection avait été : répudier les huit années de ce que les démocrates considéraient alors comme l’administration républicaine la plus conflictuelle et la plus irresponsable de mémoire d’homme.

Puis vint Donald Trump.

Chaque nouvelle administration présente un récit d’elle-même, une histoire qu’elle a développée sous l’administration précédente et au cours d’une campagne acharnée à propos de ce qu’elle compte accomplir – et ce qu’elle veut empêcher, perturber et rejeter. Ces dernières années, chaque nouveau président s’est considéré comme une réponse à son prédécesseur.

À moins d’un bouleversement juridique presque inimaginable, Joe Biden prendra les rênes du pouvoir le 20 janvier après avoir remporté, comme beaucoup l’ont fait remarquer, le plus grand nombre de voix de tous les candidats de l’histoire américaine lors d’une élection qui aura connu la plus forte participation en 120 ans.

De nombreuses personnes dans le monde entier sont aujourd’hui très curieuses du débonnaire Biden. La ville natale irlandaise de son arrière-arrière-arrière-grand-père a célébré son élection dimanche. La presse en Iran, au Mexique, au Pérou et bien sûr en Israël a creusé profondément dans son passé pour essayer de lire l’avenir proche dans le marc de café.

Le président américain Donald Trump (centre gauche) et le roi d’Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud (centre droit) arrivent pour le Arabic Islamic American Summit au centre de conférence du roi Abdulaziz à Riyad, le 21 mai 2017. (AFP Photo/Mandel Ngan/File)

Mais la vraie question que la plupart des gens veulent savoir ne concerne pas le caractère du dirigeant, mais le caractère, l’image de soi, le « récit » politique de l’administration dans son ensemble.

L’administration Biden, comme le premier mandat d’Obama, se définira-t-elle par ce qu’elle n’est pas ?

Les frustrations les plus profondes du premier mandat d’Obama, au moins sur le plan de la politique étrangère, sont nées de cette attitude anti-Bush. Aujourd’hui encore, lorsqu’on l’interroge sur son prix Nobel de la paix, Obama répond avec un sourire gêné et admet qu’il ne sait pas trop pourquoi il l’a remporté au cours de sa première année de mandat.

Obama est entré en fonction avec une forte cote de popularité dans les sondages en Israël et dans le monde entier. Il a ensuite perdu cette estime, d’abord en Israël, puis, à des degrés divers, dans de nombreux autres endroits. Pour montrer à quel point il n’était pas Bush, il s’est rendu à Istanbul et au Caire lors de sa première visite dans la région, mais a soigneusement évité Israël. Il a prononcé un discours « au monde musulman » depuis le Caire, convaincu que ce à quoi aspirait le Moyen-Orient en 2009 était un leader américain qui parlait différemment.

Deux ans plus tard, lorsque le Printemps arabe a fait éclater au grand jour les profonds sous-courants de la région, la même administration Obama a été prise au dépourvu. Les démocrates, longtemps convaincus que les politiques étrangères stupides étaient une entreprise uniquement républicaine, ont soudainement dû faire face à la possibilité qu’il se passait au Moyen-Orient plus de choses que ce dont rêvent les groupes de réflexion de Washington et les programmes d’information sur le câble.

Un Égyptien agite un drapeau national au-dessus d’un rassemblement pro-militaire marquant le troisième anniversaire du soulèvement de 2011 sur la place Tahrir au Caire, en Égypte, le samedi 25 janvier 2014. (AP/Amr Nabil/File)

L’administration Obama s’est ensuite tournée vers l’Iran comme pilier d’une nouvelle stratégie visant à sortir les États-Unis des dysfonctionnements de la région en donnant à la République islamique le pouvoir de devenir une force stabilisatrice. L’accord nucléaire de 2015 n’a pas affaibli le régime de Téhéran, n’a pas mis fin, ni même limité, à la prise de contrôle agressive de nombreux États arabes par l’Iran, et n’a fait que retarder les ambitions nucléaires du pays.

Mais elle a changé la région d’une manière que, une fois de plus, l’administration Obama n’avait pas prévue.

Une administration qui a commencé par une « réinitialisation » très attendue du monde arabe s’est terminée par le renforcement de l’ennemi stratégique de nombreux États de la région et par la mise en place d’une alliance israélo-arabe de sécurité et de renseignements à long terme.

Il est tout à fait logique que les démocrates se languissent de l’époque d’Obama. Sur les questions intérieures, les parties sont profondément et fondamentalement divisées, et ceux qui n’aiment pas Trump pensent qu’il a bouleversé les normes et les institutions qu’ils considèrent comme le fondement de leur religion civique démocratique. Sur les soins de santé, la Cour suprême, l’avortement et d’innombrables autres questions de fond, les deux camps ne pourraient pas être plus éloignés l’un de l’autre.

Mais en matière de politique étrangère, il est difficile d’identifier des saveurs distinctement « démocratiques » ou « républicaines » concernant le Moyen-Orient. Les deux parties sont désireuses de retirer les forces et l’implication américaines de la région et les deux parties soutiennent Israël en tant que point d’ancrage stratégique stabilisateur dans la région. Même pour Obama, la coopération substantielle en matière de sécurité n’a jamais faibli – malgré ses querelles avec les dirigeants israéliens.

Un convoi de troupes américaines devant la ville à majorité kurde de Qamishli, dans la province de Hasakeh au nord-est de la Syrie, le 2 novembre 2019. (Delil Souleiman/AFP)

Certains génies ne peuvent être remis dans aucune lampe. Maintenant que les axes de loyauté et d’identité du Moyen-Orient ont été exposés, les stratèges politiques américains ne peuvent plus considérer la région dans le contexte étroit du clivage démocrate-républicain.

La paix saoudienne et les roquettes turques

Les nouveaux accords de normalisation entre Israël et les États du Golfe sont le fruit d’une longue et profonde coopération sur des défis stratégiques existentiels, tant pour Israël que pour ses partenaires arabes émergents. Trump n’a pas « négocié » les accords, comme l’ont suggéré ses porte-paroles. Dans le cas des Émirats arabes unis, par exemple, ce sont le prince héritier Sheikh Mohammed bin Zayed et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avec l’approbation en coulisses de Ryad, qui ont conclu l’accord. Mais Trump n’y a pas fait obstacle – et a même apporté son aide de deux manières spécifiques et perceptibles.

Tout d’abord, il a promis de soutenir les intérêts de chaque partie, de la vente de F-35 aux EAU au retrait du nouveau régime soudanais de la liste des commanditaires du terrorisme dressée par le gouvernement américain.

Deuxièmement, en semblant en passe de perdre les élections de la semaine dernière, M. Trump a déclenché une urgence dans la construction de l’alliance. Pour Abou Dhabi, Manama, Jérusalem et même Khartoum, le jour des élections américaines constituait une date-limite pour empocher ce qu’ils pouvaient obtenir d’une administration sortante devenue généreuse dans sa recherche de victoires préélectorales en matière de politique étrangère, avant l’aube d’une administration Biden inconnue et peut-être moins favorable.

Des membres de la délégation israélienne de haute technologie passent devant une affiche du dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, lors d’une réunion avec des homologues émiratis au siège des Government Accelerators à Dubaï, le 27 octobre 2020. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)

Personne ne sait vraiment ce que pourra apporter une administration Biden. Quelle sera la puissance de l’aile progressiste dans le nouvel appareil politique ? Quelle influence et quels points de vue la vice-présidente élue Kamala Harris portera-t-elle à la table des négociations ? Les opinions changent, les intérêts changent. Même un Biden statique et stable peut changer – surtout s’il suit le modèle de ses prédécesseurs et fait du rejet de son précurseur immédiat un objectif politique suprême.

Biden aura-t-il envie d’apparaître comme un « anti-Trump » ? Soutiendra-t-il l’alliance naissante entre les Israéliens et les États sunnites conservateurs alignés contre l’Iran, et cherchera-t-il à l’élargir pour en faire une véritable paix israélo-saoudienne qui changera la région ? Ou reviendra-t-il à la politique de soutien et de renforcement du régime des ayatollahs afin d’assurer la stabilité ?

Certaines des questions politiques auxquelles il sera confronté n’ont pas de bonnes solutions – certainement pas pour Israël. Que faire de la Turquie, dont le régime islamiste est un jumeau idéologique du Hamas ? Ankara veut dominer la région et, pour ce faire, elle se défend contre l’influence russe et chinoise. Les États-Unis ont un intérêt stratégique évident et prépondérant à renforcer les pouvoirs régionaux qui peuvent tenir tête aux présidents Poutine et Xi. Biden se rangera-t-il du côté du porte-drapeau de l’islamisme sunnite et du patron du Hamas, des Frères musulmans et de certains des extrémistes les moins sympathiques de Syrie, afin de faire progresser la stratégie mondiale de l’Amérique ?

Lorsque la rhétorique moralisatrice cédera la place à un gouvernement dur, le nouveau président américain pourrait facilement, et pour de bonnes raisons stratégiques, se retrouver à financer le Dôme de fer d’Israël et, indirectement par l’intermédiaire de son client turc, les fusées du Hamas qu’il abattra. Bienvenue au Moyen-Orient, Monsieur le Président.

Qu’en est-il des Palestiniens ?

Obama s’est rendu à Istanbul et au Caire lors de son premier voyage dans la région, et a délibérément – ses fonctionnaires se sont assurés de dire aux Israéliens que c’était volontaire – évité Israël. C’était une insulte inutile qui a émoussé sa popularité en Israël et qui n’a produit aucune bonne volonté de l’autre côté.

Le président américain Barack Obama lors de son discours au Caire, le 4 juin 2009. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Il a fait pression sur Israël pour un gel des implantations en 2010 en signe de « bonne foi », et n’a jamais compris pourquoi la pression intense exercée pendant un an sur Jérusalem n’a pas amené les Palestiniens à la table des négociations. Ses conseillers n’ont pas réalisé qu’un président de l’Autorité palestinienne ne pouvait pas être perçu comme exigeant moins de conditions préalables aux négociations que les Américains. En imposant aux Israéliens un gel sans précédent des implantations israéliennes avant le début des négociations, Obama a poussé Mahmoud Abbas en haut d’un arbre au moment même où il pensait l’en faire descendre.

Plus Obama s’est penché sur les Palestiniens, plus il a éloigné la politique palestinienne d’un centre de compromis. Il n’est pas nécessaire d’aimer la posture de Trump envers les Palestiniens ou de croire que Netanyahu est un honnête artisan de la paix pour croire, comme la plupart des Israéliens, que les politiques d’Obama ont fait plus pour retarder la paix que pour la réaliser.

Trump a laissé une grande empreinte au Moyen-Orient. L’administration Biden aura à cœur, comme toutes les administrations, de se défaire de cette empreinte. Mais une administration ne peut pas fonctionner efficacement comme un acteur au Moyen-Orient armé seulement de la connaissance de ce qu’elle n’est pas.

Biden est un vieux briscard de la politique étrangère, mais il hérite d’une élite politique démocrate qui n’a pas grand-chose à montrer concernant ses longs efforts et ses embrouilles dans la région. S’il espère avoir plus de succès ici que son ancien patron, les démocrates devront reconstruire leur perception de la région et des intérêts américains dans celle-ci.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...