Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Bordeaux : Décès de Bellina Kujawski, survivante de la Shoah

Ses parents ont été arrêtés en 1943 et déportés à Auschwitz-Birkenau, où ils ont été tués

Bellina Kujawski, survivante de la Shoah. (Crédit : CRIF - « Lest We Forget - N'oublions pas »)
Bellina Kujawski, survivante de la Shoah. (Crédit : CRIF - « Lest We Forget - N'oublions pas »)

Bellina Kujawski, survivante de la Shoah, est décédée le 21 avril dernier, a rapporté le CRIF. Elle vivait à Bordeaux et était âgée de 92 ans.

L’an dernier, elle avait témoigné à l’occasion de la préparation de l’exposition « Lest We Forget – N’oublions pas » du CRIF.

Née en 1931 dans une famille juive religieuse dans les Bouches-du-Rhône, elle a quatre frères et sœurs. Ses parents sont originaires de Turquie mais ont été naturalisés dès leur arrivée en France.

Elle se souvient des premières restrictions imposées aux Juifs pendant la guerre.

« Je me souviens bien de la carte d’identité marquée du tampon ‘Juif’. Et du recensement… où nous sommes allés car nous étions dociles et obéissants… », a-t-elle expliqué.

Tous les biens de la famille, notamment le magasin d’huiles des parents, ont été spoilés pendant la Shoah, et la famille a trouvé refuge près d’Aubagne, dans une maison quasiment vide.

« Ils ont tout fermé, et pris tout notre argent, tout ce que l’on possédait », expliquait-elle.

Dans le village, « ils nous traitaient de ‘sales Juifs’ mais ne nous ont jamais dénoncés… », a-t-elle déclaré.

« Tous les soirs, je pense à cette période. J’entends les bottes. Les bottes allemandes », a-t-elle dit, mimant des mains le rythme de pas lourds sur le sol.

« Toute ma famille est arrêtée et déportée. Je m’arrête là », a-t-elle dit lors de son témoignage.

Le site de Yad Vashem indique que ses parents ont été arrêtés en 1943 et déportés à Auschwitz-Birkenau, où ils ont été tués.

Après la guerre, elle a été confiée à l’Oeuvre de Secours aux Enfants, et a plus tard rencontré son mari, qu’elle a suivi à travers le monde pour son travail avant leur installation à Bordeaux.

« Bella a l’âme heureuse mais le regard triste », décrivait l’exposition « Lest We Forget – N’oublions pas ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.