Carl Shapiro, philanthrope juif et victime de Madoff, décède à 108 ans
Rechercher

Carl Shapiro, philanthrope juif et victime de Madoff, décède à 108 ans

La fondation de Shapiro et de son épouse Ruth a soutenu des institutions médicales américaines, le musée des beaux-arts de Boston, des centres culturels et des initiatives locales

Carl J. et Ruth Shapiro (Crédit ; Mike Lovett/ Courtesy of Brandeis University via JTA)
Carl J. et Ruth Shapiro (Crédit ; Mike Lovett/ Courtesy of Brandeis University via JTA)

BOSTON (JTA) – Carl J. Shapiro, l’un des plus importants philanthropes de Boston et le plus généreux donateur de l’université Brandeis, est décédé le 7 mars à son domicile à Boston. Il avait 108 ans.

Carl J. Shapiro s’est enrichi au milieu du 20e siècle en transformant la petite fabrique de manteaux de son père en Kay Windsor, un fabricant national de robes féminines en coton qui avait une salle d’exposition dans le Garment District de New York. L’entreprise a valu à Shapiro le surnom de « Roi du coton ».

Après avoir vendu l’entreprise en 1971 pour 21 millions de dollars, Carl Shapiro a placé une partie de cet argent auprès de Bernard Madoff, un escroc juif aujourd’hui condamné, un investissement qui s’est finalement élevé à plus d’un milliard de dollars.

Par le biais de la Carl and Ruth Shapiro Family Foundation, lui et son épouse, décédée en 2012, ont soutenu de nombreuses institutions médicales, le Museum of Fine Arts Boston, des centres culturels et des initiatives locales à Boston et à Palm Beach, en Floride, où ils vivaient également.

Ils ont également soutenu des causes juives, faisant des dons importants au Combined Jewish Philanthropies of Greater Boston et au Mémorial et Musée de l’Holocauste des États-Unis. Leurs noms figurent dans le centre communautaire de NewBridge on the Charles, la résidence pour personnes âgées de Hebrew Senior Life.

« La philanthropie des Shapiro a profité à des milliers d’enfants et de familles, en rendant les arts et l’éducation plus accessibles à tous, en aidant les personnes à la recherche d’un emploi ou d’une formation professionnelle, et en enrichissant la vie juive dans le Grand Boston et au-delà. Il va beaucoup nous manquer », a déclaré Marc Baker, président et directeur général de Combined Jewish Philanthropies, dans un courriel.

Robert De Niro joue Bernard Madoff dans le « Magicien des mensonges », sorti en 2017. (Crédit : Bobby Bank/GC Images)

Les largesses du couple sont particulièrement notables à l’université Brandeis, où, au fil des ans, ils ont donné plus de 72 millions de dollars au campus de la banlieue de Boston. Leurs noms ornent le Carl and Ruth Shapiro Student Center, le Carl and Ruth Shapiro Admissions Center et le Carl J. Shapiro Science Center. Ils ont également soutenu des programmes de l’université.

Le couple a donné ses premiers 10 dollars à Brandeis en 1950, deux ans seulement après la fondation de l’université, selon Brandeis Now. Bien que ni l’un ni l’autre n’ait fréquenté l’université, ils se sont sentis proches de l’école fondée par la communauté juive américaine à une époque où de nombreuses autres universités excluaient les étudiants juifs.

« Cette institution n’aurait pas atteint ou pu maintenir sa réputation d’excellence académique sans le dévouement de la famille Shapiro », a déclaré le président de Brandeis, Ronald Liebowitz.

En 2003, Brandeis a décerné un diplôme honorifique à M. Shapiro, qui a siégé au conseil d’administration.

La philanthropie des Shapiro a été bouleversée par l’aveu de fraude de Madoff à la fin de l’année 2008 pour avoir dirigé la plus grande pyramide de Ponzi jamais réalisée, en utilisant l’argent des nouveaux investisseurs pour verser des bénéfices fictifs à d’autres. Deux ans plus tard, M. Shapiro a accepté de rembourser 625 millions de dollars provenant de ses bénéfices d’investissement, dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement fédéral pour récupérer les pertes des victimes de Madoff.

Shapiro, qui a déclaré n’avoir jamais été au courant de la combine de Madoff et avoir été stupéfait de l’apprendre, a déclaré avoir perdu un total de 545 millions de dollars, dont 250 millions de dollars qu’il avait donnés à Madoff quelques semaines avant que le scandale ne soit révélé.

Shapiro, né le 15 février 1913, était issu d’une famille de trois enfants. Il a quitté l’université de Boston pendant la Dépression pour aider à gérer l’entreprise de son père. Ruth Gordon, qu’il a épousée en 1939, est décédée en 2012 après 73 ans de mariage ; une de leurs filles, Rhonda, est décédée en 2014. Il laisse derrière lui deux filles, sept petits-enfants et 10 arrière-petits-enfants.

Beaucoup d’entre eux étaient impliqués dans les actions de la famille.

« La table de la cuisine de notre maison est devenue la salle du conseil de la fondation familiale », a écrit Rhonda Zinner dans la nécrologie de sa mère. « Mes sœurs et moi avons eu la chance d’être élevées par un père et une mère dont les valeurs nous ont appris l’importance de faire tout ce que l’on peut pour essayer de faire la différence. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...