Rechercher

Cisjordanie : Un Palestinien tué lors de raids nocturnes ; 14 arrestations

Selon l'armée, l'homme jetait des cocktails Molotov en direction des soldats qui ont ouvert le feu en riposte à Bayt Duqu ; la fermeture de Naplouse a été levée

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les soldats mènent des raids nocturnes en Cisjordanie, le 3 novembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats mènent des raids nocturnes en Cisjordanie, le 3 novembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Un Palestinien qui jetait des cocktails Molotov a été tué par les troupes israéliennes, jeudi avant l’aube, au cours d’importants raids d’arrestation menés par les militaires dans toute la Cisjordanie.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne a indiqué que Daoud Mahmoud Khalil Rayan, 42 ans, avait été tué par balle lors des opérations menées par les troupes israéliennes dans la ville de Bayt Duqu, la ville natale d’un Palestinien responsable d’une attaque à la voiture-bélier contre un soldat à un checkpoint voisin – un attentat qui avait eu lieu mercredi.

L’auteur de l’attaque à la voiture-bélier, Habas Rayan, 54 ans, a été tué par l’officier qu’il avait grièvement blessé. L’homme qui a été tué à Bayt Duqu aux premières heures de la journée de jeudi était un proche de Rayan, selon des informations parues dans les médias palestiniens.

L’armée israélienne a fait savoir que lors d’un raid effectué au domicile du terroriste à la voiture-bélier, à Bayt Duqu, des émeutes avaient éclaté. Des Palestiniens ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les troupes qui ont riposté en utilisant des outils de dispersion de foule. Elles ont aussi ouvert le feu à balle réelle.

« Les militaires ont tiré sur un individu qui jetait des cocktails Molotov et qui mettait en danger les soldats », a indiqué Tsahal, en référence à l’homme qui a été abattu.

Les 14 Palestiniens recherchés qui ont été arrêtés dans d’autres secteurs de la Cisjordanie ont été confiés au Shin Bet en vue de nouveaux interrogatoires.

L’armée a ajouté que deux armes de poing avaient été saisies lors d’opérations menées dans la ville d’al-Azariya et au camp de réfugiés voisin ‘Ayda. Des munitions ont aussi été confisquées pendant un raid à Zeita.

Aucun soldat n’a été blessé à l’occasion de ces raids nocturnes, ont précisé les militaires.

Par ailleurs, l’armée a annoncé que le blocus imposé à la ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, avait été levé suite aux résultats obtenus par les Israéliens dans la lutte contre un groupe terroriste local.

Ce cordon militaire avait été imposé le 12 octobre à Naplouse et il avait été partiellement allégé, la semaine dernière.

« Conformément à une évaluation de la situation… il a été décidé que le blocus général qui était imposé sur les entrées et sur les sorties de Naplouse sera levé », ont expliqué les militaires jeudi matin.

Des soldats israéliens montent la garde près de blocs de béton dans le village palestinien de Huwara, au sud de Naplouse en Cisjordanie, le 26 octobre 2022. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

La décision d’alléger le blocus de la ville avait été prise après d’apparentes avancées majeures de l’armée israélienne dans son combat contre le groupe terroriste de « la Fosse aux Lions ».

Cette organisation, formée il y a moins de deux mois, avait revendiqué une série d’attaques nocturnes menées contre des troupes et les implantations israéliennes, avec notamment une fusillade au cours de laquelle un soldat avait perdu la vie, le 11 octobre.

Le mois dernier, les militaires avaient mené un raid dans une maison qui était utilisée par la Fosse aux Lions, dans la Vieille Ville de Jérusalem, tuant le leader présumé du groupe et quatre hommes armés, et ils avaient détruit une structure de fabrication de bombe. Cette opération était survenue vingt-quatre heures après la mort d’un autre responsable de l’organisation dans une explosion qui, là aussi, avait été attribuée à l’État juif.

Au moins une dizaine de membres du groupe se sont aussi rendus aux services de sécurité de l’Autorité palestinienne, notamment certains de ses dirigeants, dans le cadre d’un accord qui leur aurait accordé une protection face aux mesures de répression adoptées par Israël. Un certain nombre d’arrestations effectuées par l’armée ont par ailleurs eu lieu ces dernières semaines.

Un homme armé portant un bandeau de La Fosse aux Lions assiste aux funérailles de Tamer al-Kilani, un combattant de haut rang du groupe, qui, selon le groupe, a été tué par un engin explosif planté dans une moto, lors de ses funérailles dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 23 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens – majoritairement des membres de la Fosse aux Lions – ont ouvert le feu de manière répétée sur des postes militaires, sur les soldats stationnés le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, sur des implantations israéliennes et sur des civils qui se trouvaient sur les routes.

Mais le nombre d’attaques à l’arme à feu a chuté ces dernières semaines dans le cadre de l’offensive israélienne contre le groupe terroriste.

L’offensive antiterroriste qui a été lancée au début de l’année et qui s’est concentrée sur le nord de la Cisjordanie a entraîné plus de 2 000 arrestations, la majorité des raids s’effectuant la nuit.

Elle a aussi fait 125 morts du côté palestinien, un grand nombre d’entre eux – mais pas tous – tués alors qu’ils commettaient des attentats ou pendant des affrontements avec les forces de sécurité.

Cette opération de lutte contre le terrorisme a été décidée suite à une série d’attaques palestiniennes qui a fait 19 morts du côté israélien au début de l’année.

Un Israélien a été tué à Hébron samedi dans un attentat, une autre femme a été tuée dans une attaque terroriste présumée au mois de septembre et quatre soldats sont morts en Cisjordanie au cours d’attaques ou pendant les raids d’arrestation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...