Rechercher

Colombie: un marin israélien en possession de 234 kilogrammes de cocaïne inculpé

Selon des informations parues dans Iton Gadol, un avocat de Roy Erez estime que la cour va conclure que son client a été trompé par des criminels

Le navigateur israélien Roy Erez. (Crédit : Facebook)
Le navigateur israélien Roy Erez. (Crédit : Facebook)

Les autorités colombiennes auraient inculpé un navigateur israélien accusé de trafic de drogues après que plus de 200 kilogrammes de cocaïne ont été retrouvés sur son bateau, il y a quelques mois.

Selon un article paru sur le site d’information Iton Gadol, qui propose les nouvelles israéliennes en espagnol, deux inculpations ont été décidées à l’encontre de Roy Erez et d’un ressortissant colombien, Hugo Camacho Bustamante. Les deux hommes seraient incarcérés à la prison San Andres, dans le nord du pays.

L’avocat d’Erez, Mordechai Tzibin, a indiqué au média qu’il avait récemment rendu visite à son client et qu’il avait confiance dans le système judiciaire du pays.

« Mon expérience m’a appris à avoir totalement confiance dans le système judiciaire colombien et dans la situation du respect des droits de l’homme dans les prisons. Mon client est une personnalité positive, avec des valeurs, et je pense que la cour va découvrir qu’il a été trompé par des criminels », a commenté Tzibin.

Erez, 39 ans, a été arrêté au mois d’août alors qu’il naviguait depuis le Panama vers la Jamaïque à l’occasion d’un tour du monde.

La sœur d’Erez a expliqué qu’il lui avait dit qu’il avait été forcé par des pirates à transporter un passager colombien qu’il ne connaissait pas, ajoutant qu’elle soupçonnait ce passager d’être un criminel recherché.

La marine du pays a annoncé que 234 kilogrammes de cocaïne avaient été retrouvés à bord du bateau, ont fait savoir les médias israéliens.

Le ministère des Affaires étrangères a confirmé dans un communiqué transmis dimanche qu’Erez se trouvait à San Andres et qu’il était interrogé par les autorités colombiennes.

« Le consul israélien à Bogota, Yuval Sharabi, lui a parlé lors d’un entretien téléphonique et il s’est assuré qu’il allait bien », a ajouté le communiqué.

Dans une publication parue mardi dernier sur Facebook, Karina Erez Azoulay a raconté le drame qui s’est abattu sur son frère alors qu’il avait quitté le Panama à bord de son embarcation, à l’occasion d’un voyage autour du monde.

Azoulay a gardé le contact avec son frère au cours de son voyage par le biais de messages envoyés via un téléphone par satellite.

« Erez », a-t-elle dit, « a été au Panama où il s’est rendu au foyer Habad local et où il a accepté de prendre à bord deux passagers israéliens. Après trois jours de navigation, il a déposé les deux hommes au Panama, puis il est reparti vers la Jamaïque. »

A un moment, alors qu’il était en mer, un bateau de pêche – avec apparemment des pirates à son bord – l’a rattrapé et l’a obligé à prendre avec lui un homme qu’il n’avait jamais vu sous la menace d’une arme à feu.

« Craignant pour sa vie, il a été obligé de s’exécuter », a écrit Azoulay dans le post.

Quelques heures plus tard, le bateau a été arrêté alors qu’il se trouvait encore dans les eaux internationales et des soldats sont montés sur le bateau. Ils ont procédé à l’arrestation d’Erez et de son passager.

« Ils sont en train de remorquer le bateau vers la Colombie avec six soldats armés à bord », avait-elle écrit à ce moment-là. « Mon frère est très inquiet de cette agression à son encontre et sur ce qui pourrait lui arriver une fois en Colombie. Il est totalement impuissant et il s’inquiète beaucoup à l’idée de se retrouver impliqué dans une affaire dans laquelle il n’a rien à voir ».

Azoulay a expliqué qu’elle avait demandé l’aide du ministère des Affaires étrangères et qu’elle était également entrée en contact avec les autorités colombiennes.

Erez possédant une double nationalité – israélienne et allemande – sa famille s’est également tournée vers l’ambassade d’Allemagne en Israël.

Au mois de novembre dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu en Colombie, où il a signé un accord de coopération dans le secteur du tourisme au palais présidentiel de Narino.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...