Connecticut: un rabbin coupable d’agression sexuelle contre un ancien élève
Rechercher

Connecticut: un rabbin coupable d’agression sexuelle contre un ancien élève

Le rabbin Daniel Greer de la yeshiva de New Haven a été reconnu coupable de quatre chefs de risques de blessures sur mineurs ; les crimes auraient eu lieu entre 2001 et 2005

Le rabbin Daniel Greer (Capture d'écran/YouTube via JTA)
Le rabbin Daniel Greer (Capture d'écran/YouTube via JTA)

JTA — Un rabbin jouissant d’une certaine renommée dans le Connecticut a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur mineur.

C’est un jury qui a établi mercredi la culpabilité du rabbin Daniel Greer, 79 ans, fondateur de la yeshiva de New Haven, à l’issue d’une semaine de procès devant la cour supérieure de l’état, a fait savoir le New Haven Register. Il était accusé de quatre chefs de risques de blessures sur mineur.

Quatre inculpations pour agression sexuelle au second degré ont été abandonnées en raison de l’expiration du délai de prescription des accusations.

Eliyahu Mirlis, 31 ans, originaire du New Jersey, avait accusé le rabbin de viol et d’agressions sexuelles à son encontre à des centaines d’occasions de 2001 à 2005, lorsqu’il était mineur et pensionnaire au sein de l’école religieuse fondée et dirigée par Greer.

La condamnation est prévue le 20 novembre. Le chef d’accusation de blessures sur mineur, un crime, peut être sanctionnée par une peine de 20 ans pour chaque chef d’accusation, a noté le journal.

Greer va faire appel de ce verdict, a déclaré son avocat.

Le juge à la cour supérieure Jon Alander a élevé la caution de Greer à 750 000 dollars après le procès. Greer a été assigné mercredi dernier à domicile après avoir payé la caution, accepté de porter un bracelet électronique et donné son passeport.

Le magistrat a statué que le rabbin ne serait autorisé à quitter son habitation que pour se rendre dans les bureaux de son avocat, de son médecin ou à la synagogue.

Au mois de mai 2017, un jury fédéral, dans le cadre d’une plainte au civil, avait ordonné à Greer et à la yeshiva de New Haven de verser 15 millions de dollars à Mirlis en indemnisation et cinq millions de dollars en dommages et intérêts.

Greer, activiste pour le compte des refuzniks soviétiques, a servi au conseil d’administration des commissaires de police de New Haven et en tant que président de l’agence de redéveloppement de la ville.

Sa fille, Batsheva, était l’une des cinq ultra-orthodoxes à avoir poursuivi l’université Yale en justice à la fin des années 1990, clamant que l’établissement de l’Ivy League contrevenait à ses droits constitutionnels en imposant des dortoirs mixtes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...